Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 14:49


 

C'est reparti pour une soirée bercée par le bruit des cloches des bovins de M6.

 

Une bonne soirée, plus intéressante que la semaine dernière et son interminable soirée lecture…

 

Maryline reçoit ses prétendants pour la formidable séance de speed-dating.

 

Et Maryline elle a en a vite marre que les mecs la prenne pour une Conseillère emploi de l'ANPE.

 

"Bonjour, je m'appelle Michel, j'habite Paris et j'en peux plus du bruit, de la pollution… Je rêve de grands espaces, d'animaux, de travail à la ferme…"

 

"Bonjour, je m'appelle Éric, je cherche à me réorienter professionnellement, idéalement un poste dans l'agriculture…"

 

Maryline apparaît juste comme un bon plan pour vivre en pleine nature et avoir un boulot.

 

On voit bien que c'est la crise.

 

Le chômage, tout ça…

 

Seulement, Maryline ne cherche pas un ouvrier agricole, elle cherche un compagnon.

 

Un mec, un vrai.

 

Un mec pour traire autre chose que ses brebis…

 

Donc, Maryline, elle a comme un coup de blues… elle voit défiler sa vie, tout ça…


... 

 

Pendant ce temps, Norbert découvre ses 5 prétendantes.

 

Ben oui, Norbert n'a pas soulevé les foules.

 

Bon, Norbert c'est Norbert, quoi!

 

Je ne vais pas vous faire un dessin.

 

Non, vraiment, vaut mieux pas!

 

N'insistez pas!

 

Norbert enfile donc les conversations avec son accent alsacien à faire pâlir Hansel, Gretel, la sorcière et la maison en sucre réunis…

 

Mais, très vite, Norbert est fasciné par une charmante dame.

 

Il est comme hypnotisé, happé par le joli sourire de Ghislaine.

 

Ils sont un peu intimidés l'un, l'autre.

 

Il lui demande timidement sa profession et elle lui répond :

 

"Je suis vendeuse"

 

"Mais dans quel domaine?"

 

"Dans la vente"

 

Ghislaine, vendeuse dans le secteur de la vente, est-elle en train de tomber amoureuse?

 

 

Pendant ce temps, Jean-Paul, comme Maryline, subit de plein fouet les effets de la crise.

 

"Bonjour, je m'appelle Christine, je suis actuellement en plein désespoir professionnel, je cherche donc à me raccrocher aux branches un poste d'amoureuse de fermier à plein temps….".

 

Cruel, Jean-Paul ne retiendra pas sa candidature…


...
 

Xavier, le "beau gosse" de cette saison fait passer des entretiens à une série de bimbos.

 

C'est limite chiant.

 

Ca manque cruellement d'aspérités.

 

C'est mignon, c'est propret, c'est blond, ça a de l'humour….

 

"Ouuuuuuuuuuuh!!!! Rembourséééééééééééé!!!!!" qu'on commence à crier dans le canapé.

 

On n'est pas là pour voir de la bimbo aux seins refaits.

 

Sinon, on va mater secret story sur TF1.

 

Ben oui, quoi!

 

Heureusement, revoilà l'authentique Maryline!

 

Dans la pièce d'à côté, Maryline attend toujours qu'un homme s'intéresse enfin à elle et pas uniquement à ses brebis.

 

Elle finit par en trouver deux. Une sorte de Témoin de Jéhovah un poil illuminé et un sosie de Bruce Willis mais de dos, la nuit, de très loin

 

Elle les sélectionne pour venir passer quelques jours à la ferme.

 

On retrouve donc Maryline, chez elle, en Roumanie sur le plateau du Larzac.

 

Là, il faut bien avouer que le choc est rude.

 

Alors que l'émission nous vante une agriculture moderne, des agriculteurs dynamiques, bien dans leur temps, loin des clichés d'une paysannerie vieillotte… et bien, d'un coup, arrivé chez Maryline, on se dit que Jacquou le Croquant ne doit pas habiter très loin…

 

Maryline habite dans un éboulis une maison en pierre sur un plateau sordide battu par les vents.

 

Une campagne désolée.

 

Le témoin de Jéhovah arrive, reçoit un accueil… comment dire… en accord avec l'environnement! Rude et austère Vrai et authentique!

 

La maman de Maryline est présente dans la salle commune de la maison.

 

Il lui manque juste le rocking-chair et la carabine et on a "Ma Dalton" version larzac.

 

Finalement, la mère s'efface en prévenant l'hôte de sa fille :

 

"Maintenant, je vais vous laisser travailler"

 

A un moment, on pense que c'est une expression paysanne pour dire "faire connaissance", "flirter"… en fait, nan!

 

Ca veut bien dire ce que ça veut dire…

 

Maryline ne cherchait pas un ouvrier agricole pourtant au bout de 2 minutes et trente secondes, son prétendant se retrouve au milieu de centaines de brebis complètement teubées affamées.

 

C'est l'heure de les nourrir. Maryline apparaît alors sous un jour nouveau : avec une jolie polaire élimée quechua collection 1985.

 

Elle semble pour le moins autoritaire et directive. Son prétendant tente de l'aider mais il se fait rabrouer sèchement. Après cette séquence mémorable, Maryline lui montre sa grange sa chambre.

 

Sur le plateau du Larzac, on n'est pas là pour rigoler.


...
 

Pendant ce temps, dans la Marne, Xavier reçoit ses deux bombes atomiques.

 

Elles s'installent dans une petite maison à l'intérieur joliment décoré.

 

Ca semble bien parti.

 

Seulement Xavier décide de leur révéler une de ses passions : le théâtre.

 

Elles se retrouvent donc dans la salle municipale de Saint-Georges-les-Michons a regardé une petite troupe amateur jouer des sketchs de kermesse.

 

Et voir Xavier avec une perruque poussiéreuse déblatérer des blagues de village, ben… c'est la douche froide pour les bimbos.

 

C''est moyen sexy glam tout ça.

 

Heureusement que Norbert est là pour assurer le sexy glam de la soirée.

 

Norbert achète un bouquet de fleurs pour Ghislaine qui arrive par le train.

 

Quand leur regard se croisent, ils courent l'un vers l'autre, se font la bise, Norbert tend amoureusement son bouquet vers Ghislaine et lui dit les yeux embués par l'émotion….

 

"Profites-en, ça n'arrivera pas souvent!"

 

Mémorable, j'vous dis.


...
 

Jean-Paul reçoit à son tour ses deux prétendantes dans son pays Basque.

 

Ca change du plateau du Larzac.

 

Ca fait du bien un peu de soleil et de végétation.

 

Les deux femmes ont un tempérament bien différent. Il y a l'exubérante et la mystérieuse.

 

Au bout de cinq minutes, l'exubérante, originaire du Nord, a déjà sorti un Maroilles d'un Tupperware (une soirée sexy glam j'vous dis), une bière traditionnelle et une boîte de chocolats.

 

Jean-Paul est vite saoulé par les paroles et l'odeur de Maroilles.

 

Il regrette déjà sa vie de célibataire au grand air…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

patrick drouet 14/07/2009 21:18

excellent et monstrueusement vrai !
Déja Voltaire prétendait que la seule chose infinie était la bêtise humaine mais s'il avait connu Tweeter qu'aurait-il dit ?

Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives