Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 17:33

Ca brame dur sur M6, le lundi soir.

 

Chez Denis, l'ami vendéen, les deux prétendantes Mélanie et Valérie se sont affrontées dans ce qui restera dans les annales de l'Histoire de la télévision française comme : "l'affaire de la soupe aux épices"…

 

Valérie a concocté une soupe aux épices.

 

Seulement voilà, Mélanie refuse d'y gouter.

 

Denis reste aimable et finit par tremper le bout des babines dans la souplette.

 

Or la souplette est pimentée.

 

On peut penser que Valérie est une fine connaisseuse des effets secondaires des épices et qu'elle a voulu réveiller la bête qui sommeille bien profondément en Denis.

 

Mais Valérie surestime la curiosité et l'esprit de découverte de Denis.

 

En bon vendéen, Denis a la curiosité d'une brioche et il trouve que la soupe est trop forte.

 

Valérie est déçue.

 

Puis les deux prétendantes se retrouvent en cuisine à ranger deux trois choses.

 

Valérie demande à Mélanie de se pousser pour pouvoir ranger un bol.

 

Et là, c'est la goutte d'eau.

 

L'escalade.

 

Le déchaînement de violence.

 

Les deux prétendantes s'écharpent, pleurent, s'enferment dans leurs chambres, partent faire un tour dehors.

 

Denis ne sait plus quoi faire.

 

Il est perdu.

 

Déjà qu'il a le physique de Caliméro…

 

On s'attend à ce qu'il sorte un "c'est vraiment trop injuste" devant la caméra…

 

Mais non, rien.

 

Puis vient l'explication entre Denis et Valérie.

 

On nage en plein clash culturel.

 

Valérie est pleine de vie et de curiosité, elle veut faire découvrir à Denis une cuisine exotique, épicée et elle attend que Denis lui fasse également découvrir son univers.

 

Elle supplie Denis de lui "montrer les choses à voir dans le coin"…

 

On se dit que si Valérie avait lu cet article là, elle aurait su que cette phrase n'a aucun sens en Vendée. D'ailleurs, cette réflexion laisse Denis pantois…

 

Valérie cuisine exotique, Valérie ose le maquillage boules-a-facettes, Valérie veut visiter des choses.

 

Vous l'aurez compris.

 

Valérie n'est pas vendéenne.

 

Valérie n'a rien à faire en Vendée.

 

A un moment, Valérie ose une phrase en flamand.

 

En face, le regard de Denis flotte.

Tout ça est beaucoup… mais beaucoup trop exotique pour notre vendéen pure souche élevé à la brioche et au fion. Il demande donc à Valérie de partir.

 

Denis se retrouve donc seul avec Mélanie.

 

On se dit que leur histoire va pouvoir commencer.

 

On se dit qu'ils vont pouvoir se découvrir.

 

On se dit qu'ils vont enfin avoir un peu d'intimité.

 

Bref, on attend du croustillant !!!

 

Du "Neuf semaines et demi" version vendéenne…

 

Deux personnes attirées l'une par l'autre dans une grande maison perdue dans la campagne…

 

Grrrrrrrrrrrrrrrr…………

 

Ca laisse place à l'imagination… n'est-ce pas ?

 

Bon, enfin ceci-dit, rangez vos strings léopards et autres porte-jarretelles en latex, parce que Denis quand on le laisse tout seul avec une jeune femme brulante de désir, il va rendre visite à Pôpô-Môman.

 

Oui, la première décision de Denis est de présenter Mélanie a ses parents.

 

Mélanie vit donc un grand moment de solitude et commence à jouer la pauvre petite fille perdue qui a peur que tout aille beaucoup trop vite.

 

C'est pas gagné cette histoire là.

 

 

Pendant ce temps, dans les Hautes-Alpes, Jean-Pierre dresse le bilan avec ses deux prétendantes.

 

Il avoue son penchant pour Nadège.

 

Il faut savoir une chose. Nadège a l'expressivité de la sardine.

Elle a des petits yeux ronds, une bouche droite. Elle n'a l'air ni gentille, ni méchante, ni heureuse, ni triste. Bref, tu te demandes bien à quoi elle pense. Une sorte de Joconde, mais avec des lunettes rectangulaires, une couleur auburn foirée et des problèmes de peau sèche.

 

Jean-Pierre lui dit tout le bien qu'il pense d'elle et lui fait savoir qu'il ressent un "je-ne-sais-quoi…"

 

Nadège reste figée.

 

Elle finit par marmonner une phrase ambiguë qui veut globalement dire qu'elle ressent vaguement un truc flou, un début d'amorce de je ne sais pas trop quoi…

 

Bref, vous l'aurez compris, dans les Hautes-Alpes, c'est aussi torride qu'en Vendée…

 

Jean–Pierre raccompagne gentiment Suzie.

 

Cette dernière compte bien rester copine avec Jean-Pierre et Nadège parce qu'après avoir partagée tous ces formidables moments (repas en silence, engueulade sur la cuisson des courgettes, randonnée à moitié dangereuse, râteau en direct à la télévision devant des millions de spectateurs…) ça serait quand même bête de ne pas se revoir…

 

Oui, l'amour est dans le pré, souvent, ça frôle le surréalisme.

 

 

En parlant de passion échevelée, lundi soir, du côté de chez Corinne, on a aussi eu droit à de grands moments.

 

Corinne a choisi deux activités pour faire mieux connaissance avec ses prétendants : le tir à la carabine et le quad.

 

Oui, Corinne serait plutôt du genre garçon manqué.

 

Ambiance virile au programme.

 

On se demande si elle cherche l'amour ou un bon copain pour boire des bières et faire des concours de rots.

 

Bref.

 

Le soir, les trois amis vont se détendre en boîte de nuit.

 

Manifestement, un des prétendants a bien saisi le profil psychologique beauf de Corinne et se met donc à improviser un strip-tease. Finement analysé car cela met effectivement Corinne en transe et le slow suivant est accordé à celui qui a fait l'hélicoptère avec sa bite qui s'est dénudé.

 

 

Fabien dans l'Indre a enfin décidé de prendre le taureau par les cornes.

 

Après avoir organisé une palpitante soirée raclette avec Tonton Roger et Mamie Madeleine, il parvient à dire à Frédérique qu'il préfère Charline.

 

Frédérique est bonne joueuse et est surtout bien contente à l'iodée de ne plus se taper d'autres soirées raclette hypra relous avec Tonton Roger et Mamie Madeleine et continue à aider Fabien dans ses travaux des champs.

 

 

Dans le Tarn, nous retrouvons Christian.

 

Celui qui élève des porcs et qui rit comme un dindon sauvage.

 

Aujourd'hui, il part faire des courses avec sa prétendante dont on se demande ce qu'elle fait encore là tellement Christian l'ignore et la malmène.

 

Après s'être tapé une soirée raclette avec Tonton Roger, nous voilà dans les allées de l'Hyper U du coin à choisir entre jambon ou blanc de dinde…

 

Des fois, je vous jure, il faut la chercher loin la motivation pour regarder jusqu'au bout "l'amour est dans le pré".

 

Enfin le plus intéressant reste le bilan dressé par nos deux compères dans le jardin.

 

Christian trouve que sa prétendante ressemble trop à son "ex".

 

Élégance, charme, tact et finesse, voici Christian qui largue sa prétendante.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zadzig 21/07/2009 17:48

Merci! C'est effectivement mon mariage! Vous avez raison, avec de l'humour, ça devrait aller!

Zadzig 21/07/2009 17:47

Merci! C'est effectivement mon mariage! Vous avez raison, avec de l'humour, ça devrait aller!

Myra et Tof 21/07/2009 16:01

oh si c'est le vôtre, toutes nos félicitations, avec votre humour je ne pense pas qu'il y ait de moments de solitude pendant cette journée !!

LN pouet pouet 21/07/2009 14:16

Que j'aime le cynisme, c'est tellement bon!!

Myra et Tof 21/07/2009 10:14

Allez Zadzig on est pressé de lire ton résumé hier soir "l'humour n'est pas dans le pré !", ils sont mauvais mais qu'est ce que c'est drôle, on t'adore continue à nous faire rire, bah nous aussi on a des gros moments de solitude qu'on aimerait bien te faire partager, un mail où te joindre ???

zadzig 21/07/2009 11:47


Merci pour vos comentaires... Je me sens moins seul à vivre tous ces moments de solitude...
Je suis évidemment preneur de vos grands moments de solitude!!! j'ADORE ça! Mon mail : zadiggo@yahoo.fr
Je vais faire un petit résumé aujourd'hui mais je suis assez pris par un évènement personnel à base de tulle, de pièce montée et de valse.... (j'espère d'ailleurs pour une fois ne pas vivre trop de
"moments de solitude" ce jour là...;o))...
Amitiés


Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives