Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 16:15

leia.JPG

 

Comme toujours sur ce blog de haute volée intellectuelle, j'ouvre un nouveau sujet drôlement passionnant qui ne manquera pas de déchainer les foules.

 

Je veux parler d'un truc que tout le monde fait, que tout le monde a vécu, que tout le monde aime ou redoute...

 

La séance chez le coiffeur...

 

Je parle de ça car j'ai ENFIN trouvé un coiffeur qui a compris la psychologie déviante de mon cheveu.

 

30 ans de combats, d'explications inextricables, d'essais ratés...

 

Ceci dit, car décidément la vie est trop injuste, mon coiffeur a compris mon cheveu mais n'a pas bien cerné ma personnalité.

 

Alors que des fois, je suis tombé sur des coiffeurs qui me comprenaient moi mais pas mes cheveux...

 

Comment ?

 

C'est confus ?

 

Je reprends depuis le début.

 

Pendant toute mon enfance, ma mère m'emmenait chez un coiffeur pour homme plutôt Vieille France... "Chez Didier"

 

Oui, ça ne s'invente pas. Clairement le glamour n'était pas le but visé par le salon...

 

Ce coiffeur avait la particularité de parler peu et en plus il chuchotait :

- Bonjour...

- Comment je vous coiffe?

- Ca vous va?

- Ca fera 65 francs (ben ouais, je sais, c'est ignoble, mais je suis né avant 2002...)

- Merci, au revoir

Son salon était donc plongé dans un silence quasi monacal. Vue la personnalité discrète et ascète du patron, il était évidemment hors de question de faire beugler Chérie FM...

 

Aller chez le coiffeur, c'était donc pour moi, un moment de repos et de détente. Je passais une demi-heure dans une ambiance cotonneuse, un peu hors du temps avec juste les bruits sourds de l'agitation urbaine en fond...

 

Ceci dit, il y avait un hic.

 

Un hic capillaire en forme de champignon mort.

 

Et oui, c'était une époque où je ressortais toujours avec une coiffure pas possible...

 

Oui, car autant ce coiffeur comprenait mes désirs de calme, autant il ne panait rien de rien à la nature perverse de mes cheveux de côtés...

 

Sur les photos de l'époque, j'arbore donc une coupe à la Mireille Mathieu croisée avec le petit Grégory, bref un truc drôlement pas terrible.


Dès la sortie du salon, je longeais les murs en regardant par terre, me précipitais chez moi pour mouiller le champi géant et essayer de le faire disparaître à l'aide de divers procédés : laque, gel et autres cires...
 

Adolescent, j'ai commencé à me révolter contre cette coupe de champignon dépressif et je suis allé à la recherche d'un salon plus moderne.

 

C'est là que j'ai découvert un autre univers. Celui des coiffeuses maquillées comme des camions volés au vocabulaire de bigoudis. Tout ça sous des néons jaunes et bleus avec une radio crachotante qui vocifère les derniers tubes de Céline Dion...

 

J'ai erré de salon en salon, regrettant presque ma coiffure champignon.

 

Comme je recherchais quelque chose de plus contemporain que la coupe champi années 80, je laissais carte blanche aux coiffeuses.

 

La mèche, la brosse, la mèche brossée, la brosse méchée, la permanente de caniche, le caniche permanent, j'ai tout eu.

 

Puis, un jour, je suis tombé sur une coiffeuse qui commençait à comprendre mes cheveux.

(Surtout ceux des côtés qui rebiquent et qui s'aplatissent en même temps...)

 

J'étais drôlement content si ce n'est que cette coiffeuse était conne stupide.

 

Je devais donc supporter ces monologues abrutissants sur le fait que la corrida c'est mal, l'été c'est trop chaud, l'hiver c'est triste et que les gens roulent vraiment trop vite sur la départementale d'à côté.

 

Un jour, on discutait cinéma. Nous sommes venus à parler de Titanic et là, j'ai pris conscience de l'immensité drôlement immense du problème.

 

Elle (enthousiaste) : "Vous avez été voir Titanic? Moi j'ai adoré!!"

 

Moi (réveillé) : "Hein...euh...oui...oui, moi aussi, j'ai bien aimé..."

 

Elle (la larmichette qui pointe) : "Ah ouais, c'était trop bien, j'étais à fond dans l'histoire et puis la fin c'est drôlement triste..."

 

Moi (compatissant): "Ah oui, quand Jack meurt en laissant Rose sur son bout de bois pas super étanche"

 

Elle (choquée): "Ah oui, ça c'est triste mais ce bateau qui coule, tout ça parcequ'il a bugné dans un glaçon géant, c'est horrible, moi j'étais drôlement surprise..."

 

Moi (surpris) : "Surprise? De quoi?"

 

Elle (révoltée) : "Ben que le bateau il coule"

 

Moi (interloqué): "Mais, c'est le Titanic, vous ne vous attendiez pas à ce qu'il arrive à New-York pile poil à l'heure en faisant pouet pouet?"

 

Elle (naïve) : "Ah ben si, moi je ne connaissais pas l'histoire hein...personne ne m'avait dit qu'il allait couler"

 

Je ne savais pas qu'une personne comme ça pouvait exister. Je l'imaginais accroché à son fauteuil de cinéma en train de se demander si le bateau allait ou non sombrer...


J'imagine qu'en tant que grande fan de James Cameron elle est allée voir Avatar et qu'elle cherche encore sur une carte du système solaire où est placée cette putain de planète Pandora...
 

Après cet épisode, j'ai déménagé et j'ai continué à écumer les salons...

 

J'ai repris espoir car dans ma nouvelle rue, il y avait un salon de coiffure complètement Vieille France. Le coiffeur était Meilleur ouvrier de France et avait gagné tout plein de coupe. Son salon orange et marron était rempli de trophées kitsch avec des rubans bleu blanc rouge et il y avait toute une série de rangées de têtes en plastoques avec des moumouttes.

Oui, Môsieur revendait aussi de la moumoute aux Madames en manque de touffe capillaire...

 

Pendant la coupe, je fixais ces drôles de tête et ça m'apaisait...

 

Le salon improbable quoi.

 

Oui, mais voilà, j'avais la paix.

 

J'avais retrouvé le Didier de mon enfance.

 

Même silence, même distance courtoise et malheureusement... même coupe champignon...

 

Au début, j'ai trouvé ça marrant mais bon, à bientôt 30 ans et toujours célibataire, fallait pas non plus complètement déconner.

 

Le destin a choisi pour moi. Mon petit Môsieur a pris sa retraite et a revendu à une vilaine Josiane qui s'est empressée de Chérie FMiser le salon...

 

La semaine dernière, je suis tombé sur un autre profil type de coiffeur...

 

Vous imaginez la grande folle blond platine en train de jouer à la tête à coiffer.

 

Oubliez!

 

J'ai découvert le coiffeur blaireau.

 

En fait, je pense que le coiffeur a tellement peur qu'on le prenne pour une tafiole intégrale qu'il en rajoute pour faire mec super viril.

 

Au moment de démarrer la coupe, j'ai encore l'espoir qu'il soit un adepte du silence et du calme quand il se lance :

 

"Vous aimez le foot?"

 

"..."

 

" Vous n'avez pas regardé le match hier soir?"

 

"Un match? Qué match? Ah... non...en fait... je ne suis pas très foot"

 

"ah..."

 

Un silence gêné s'installe. Au bout de 2 minutes, je culpabilise, je me dis que je ne suis quand même pas très sociable, ce pauvre coiffeur voulait faire un effort...

 

Bref, du coup, je lance une perche

 

"Et sinon, ça marche le salon? Ce n'est pas trop galère avec les travaux du tramway?

 

Bon, ça va, je sais c'est naze mais ça fait genre je m'intéresse à son business de touffe, je ne vais pas non plus lui demander s'il n'aurait pas une idée là tout de suite comme ça pour résoudre le conflit israélo-palestinien...

 

"Ca nous fait un peu de tort... c'est vrai que la circulation est difficile"

 

En même temps, il jette un regard à la rue. Une Porsche passe...

 

"Waouw, vous avez vu la bagnole?

 

"Hein...heu... non... pas vraiment..."

 

"C'est de la bombe cette voiture. Vous aimez l'automobile?"

 

"ah... non...en fait... je ne suis pas très voiture"

 

Ce n'est pas parce qu'il est coiffeur qu'il doit brandir son certificat d'hétérosexualité en permanence! Foot, bagnole... c'est quoi le prochain sujet de conversation? Le nouveau calendrier Pirelli? Le meilleur resto de steaks de la ville?

 

Mon coiffeur actuel est comme ça... on a parlé stades, mercato, audi et mercedes... c'était horrible, oui mais voilà, il comprend l'essence de mon cheveu.

 

Grace à lui, je ne me retrouve plus, 15 jours après une coupe, avec deux pains aux raisins géants sur les tempes.

 

Oui, vous visualisez Princesse Leia.

 

Ben, voilà, c'est moi.

 

Grace à lui, mes cheveux de côté ne se mettent pas à faire un effet pain aux raisins... et ça c'est énorme!

 

La conversation a continué tant bien que mal...

 

Il devait être complètement désespéré et moi aussi.

 

Après un second silence géné... il a enchainé sur LE sujet de conversation des coiffeurs... : le temps!

 

Qu'est ce qu'il fait froid/qu'est ce qu'il fait chaud? Quel vent!/ Quel humidité!/Quel triste temps/ Vous avez vu la neige hier soir?/.... blablablablablablabla....

 

M'en fous, j'ai plus mes pains aux raisins!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Celoush 30/01/2010 23:23


Ah, le fameux supplice du coiffeur. Jeune fille que je suis, j'ai également horreur de ça ! Bienvenu au club !


ppmc 20/01/2010 14:10


hé c super pas drole, mais super nanny est décédée cette nuit! et ben flute alors, c limite avouable de dire qu'on regarde cette émission, mais moi je l'aimais bien super nanny.


ZAZAMIMOSA 12/01/2010 07:00


Ok, rien à voir avec ton post mais je ne peux résister. J'ai vu la tête des prochains candidats de "l'amour est dans le pré" et je crois que nous allons avoir droit à un grand moment
d'anthologie... je ris par avance de tes posts ! J'imagine déjà les futures candidates "J'adoooooore les vaches qui font meuh, et la natureuh etc..." arrivant à la ferme, perchées sur leurs talons
aiguilles, les ongles fraîchement manucurés... Leur Quasimodo les attendant, tapi derrière un tas de fumier... tel le loup de Tex Avery, la langue pendante...
Que l'on ne se méprenne pas, je ne dénigre pas le monde paysan, loin de là, mais juste le casting d'M6 mais pourquoi se priver... pour faire de l'audience, ils ne reculent devant rien !


Zadzig 11/01/2010 11:28


Maripierre : Je te rassure, je ne suis pas encore obèse, ni doté d'une choucroute royale sur la tête... je me soigne!

Aurélie : trop tard... merci pour ta proposition!

Cassiopée : c'est ça! Tout bien trouvé!

Zazamimosa : oui, la choucroute c'est pas mal aussi... des fois, ça aussi un peu meringue, nan?

Jérôme : une coupe à chier, c'est clair que c'est drôle... 3 ans après, sur les photos...!


Jérôme 10/01/2010 20:48


Sacré Zadzig,
Tu m'as nouvellement fait péter de rire avec ce post sur les 30 d'essais ratés et consorts.. La vache, je me suis affreusement retrouvé dans tes descriptions.

Les coupes à chier, ça doit être un drame commun pour tous les mecs!! (et particulièrement ceux qui plaisent aux nanas)

Une "coupe à chier", c'est une semaine perdue, grave.
Mais avec le recul, c'est tellement fun

Et un post de Zadzig sur le sujet, j'adore!!
Yo


Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives