Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 14:32

4334559487_7c1fe8b78a.jpg

 

Actuellement en recherche immobilière, je découvre un monde, un univers, une galaxie, un enfer...

 

Dans ce monde si particulier, il y a bien sur les escrocs professionnels agents immobiliers.

 

Ils ne sont pas tous pareils mais ils répondent à des profils quand même bien définis...

 

David Dremont, jeune agent de 35 ans qui veut à tout prix te fourguer la première merde maison qui passe...

 

Lui, c'est l'agent immobilier de concours. Celui qui est prêt à TOUT. Celui qui a tué père et mère 12 fois pour pouvoir VENDRE! Celui qui a la culture, la morale et l'intelligence d'une huitre et qui gagne quatre fois ton salaire...

 

Jaloux, moi?

 

Bref!

 

Le David a deux modes : le mode rossignol castré et le mode gnou dépressif.

 

Le mode rossignol castré, c'est quand tu veux acheter et le gnou en dépression dépressive c'est pour quand tu veux vendre.

 

Sur le dossier achat, notre David a trop envie que tu lui lâches une grosse commission alors il fait drôlement la pute putassière.

 

Avant les vacances, il me souhaitait de bonnes fêtes quatre fois pendant la visite, après les fêtes, c'était Meilleurs vœux pendant deux plombes... limite si je n'ai pas eu un texto le 31 à minuit "bonne année, bonne santé, kikou, lol, signé David Dremont"...

 

Donc, en mode achat, David il a toujours une maison drôlement INCROYABLE à te faire visiter...

 

Il t'appâte avec des mots qui font vibrer ton petit cœur de citadin décadent "charme", "pierre", "cheminée", "tuffeau"... et tu acceptes en pensant avoir dégoté THE pépite...

 

Rien que sur le chemin, tu as compris qu'il se fout bien profondément de ta gueule, tu as fait 10 minutes de bagnole depuis le centre alors que ton critère principal c'est de rester dans le centre ville...

 

Il se permet de rajouter arrogant tout fier "et on est à deux pas du centre!"...

 

Du centre de son petit cul d'agent immobilier peut-être mais pas du centre ville que tu rejoins à coup de bus, de tramway et autres vélos magiques...

 

Forcément David est propriétaire d'un magnifique pavillon en banlieue alors le centre ville pour lui c'est dès que tu as passé le périph...

 

Après, tu te rends compte que le charme est une notion bien relative.

 

Pour David, dès qu'on est avant 1990, on a à faire à une maison drôlement ancienne bourrée de charme...

 

Du coup, un blockhaus en brique des années 60, c'est une maison "coup de cœur" qu'il te dit enthousiaste et limite ému...

 

"Et la vue plongeante sur la station service, c'est coup de cœur aussi?"

 

En fait, il faut décoder le langage drôlement complexe de David...

 

Proximité commerce = l'arrière cour du resto chinois (et ses évacuations de hottes...) donne sur le jardin (et sur le fil à linge...!)... transformation en beignet de crevette sous 48h00 garantie!

 

Jardin à fort potentiel = cour glauque de 5m² plein nord, encadrée d'immeubles de 10 étages où tout le monde a pris l'habitude très médiévale de jeter ses déchets par les fenêtres... bronzer au milieu des cotons tiges usagés et autres mégots décédés... une expérience!

 

Quartier calme et peu dense = proximité de la déchetterie et du terrain pour gens du voyage...

 

Maison de ville atypique, belle rénovation = une maison-tuyau toute en longueur, refait façon Damidot à grand coup de peinture violette et fuchsia, option boules à facette et sticker Tour Eiffel... crise de panique garantie!

 

Et puis le truc drôle, c'est quand tu fais venir David chez toi, car tu veux vendre.

 

Là, c'est un autre David.

 

Le David-gnou dépressif.

 

Complètement mou, fatigué et pessimiste...

 

Alors qu'il était tout jouasse en te présentant sa maison tartignole en briquette rouge à 25 kilomètres du centre et à 12 millions de dollars, d'un coup, il devient tout bougon.

 

Trop haut, trop petit, trop dans le centre, bon c'est vrai l'appartement a du charme mais les acheteurs sont exigeants, ça va pas être facile, le marché est bas, la crise nous les brise, tout ça...

 

Du coup, le David, tu ne peux juste plus le voir en peinture.

 

Seulement, il te harcèle de message sous mille et un prétextes....

 

Au bout d'une semaine, je décide de le rappeler en promettant à "The Other person" que cette fois je serai ferme et qu'on arrête les visites de maison hors de nos critères essentiels...

 

Résultat : j'ai rendez-vous mercredi pour visiter une maison loin du centre...

 

...

 

Après, il y a Françoise De La Ménardière.

La grande Dame qui joue à l'agent immobilier pour occuper ses après-midi.

 

Un peu comme Marie-Antoinette jouait à la fermière au Hameau de Versailles... et ben Françoise elle fait mumuse avec des maisons parce que maintenant ses enfants sont grands et elle s'ennuie drôlement...

 

Elle s'est spécialisée dans les châteaux et les hôtels particuliers alors attention elle prend un air contrit quand tu annonces ton budget... genre que t'es rien qu'un manant, un gueux... limite que t'es juste bon à aller montrer ta vie de merde sur M6...

 

Et puis quand elle vient visiter ton appartement dans son grand poncho en fourrure (qui a du nécessiter la dézingage de 12 clapiers remplis de jolis pinpins), elle s'enthousiasme, tu reprends espoir, enfin une qui comprend le "charme" et puis hop, elle te balance de son air ampoulé "Ma secrétaire vous a-t-elle dit que mes expertises sont payantes?"... "Euh, non, comme c'est curieux mais elle n'a rien dit"

 

Au revoir Madame quoi...

 

 

Et puis il y a Thomas Gilbert.


Le mec que tu ne comprends pas bien comment il est arrivé là...

Timide, introverti, mal à l'aise...

 

Tu sens que les autres requins derrière lui mettent une pression pas possible...et puis tu vois ses ongles ou plutôt ses moignons-doigts...

 

Il te rappelle la queue basse et la voix d'outre tombe en s'excusant trois fois de te déranger.

 

Le Thomas Gilbert, il est tout honteux de te présenter des maisons pas terribles que son patron lui a ordonné de refourguer au premier pigeon venu...

 

C'est l'anti David Drémont. Le seul truc qu'il arrive à dire de positif pendant la visite c'est "elle a quand même du potentiel cette maison..." avec la voix de Droopy...

 

Un bunker sur une plage de Dunkerque aurait du potentiel...!!!

 

Et puis après, il y a les amis et la famille...

 

Ceux qui connaissent les prix du marché mieux que personne, ceux qui ont plein de théories fumantes sur l'immobilier, ceux qui ont toujours des plans incroyables mais pas exactement pour ce qu'on recherche...

 

Bref, ceux qui te les brisent menu!

 

Il y a toujours quelqu'un qui a entendu dire que dans le quartier que tu veux, une maison était à vendre...

 

"Ouais 150 000 € la maison, rue Sainte Gudule"

 

"150 000 € rue Sainte Gudule?????? Mais t'es complètement mytho??c'est un super plan!!! C'est quoi le contact!"

 

"Ben en fait c'est compliqué, il faut d'abord que la vieille meurt pour que le fils mette en vente l'appart."

 

"Ah ouais.., c'est bizarre... mais c'est un appart?"

 

"Euh...nan, enfin oui, disons que c'est un appart-maison!"

 

"Ah...ok... faut voir...et la vieille va bientôt mourir?"

 

"Nan enfin peut-être que oui, surement même, mais elle a un cancer de la face, à mon avis, elle n'en a plus pour longtemps. Faut être patient...."

 

"Mais, c'est quoi son numéro de chambre pour que je la débranche je lui apporte des fleurs?"

 

Bref, des plans à la gomme...

 

Et c'est loin d'être fini...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Roy 23/02/2010 15:48


On a eu le même David Dremont !! Le nôtre en plus il sentait fort le parfum-pour-homme- de-supermarché, il se croyait TRES fort et TRES drôle.En fait, il était TRES cliché et nous a fait visiter
des maisons TRES vilaines... Avec sa réplique devenue culte chez nous : "Vous avez des enfants ? Oui? Alors, imaginez-les un peu gambader dans ce MAGNIFIQUE" jardin..."


cassiopée 17/02/2010 10:40


Haa naaaaaaan... ça commence à bien faire : J'ai été visiter un appart' la semaine dernière. Bon, ce n'est pas pour moi, j'ai fais de l'espionnite pour des copains.


Jérôme 17/02/2010 08:03


Négocie à mort la com. agence!!
Tu écoutes cool les loufiats, tu laisses venir.. Et tout à la fin, tu négocies au moins 60% sur leur com. Ils feront tous le gnou dépressif, mais ils n'ont pas le choix.

A leur tour de faire du vendeur un rossignol castré. C'et leur job.. Et nouvellement, ils n'ont aujourd'hui plus le choix!!


sophy 16/02/2010 18:24


Ayant acheté il y a quelques mois, je vois très bien de quoi tu parles. J'ai surtout 2 visites qui m'ont fait rire.

Le premier, visite avec un particulier qui planait un peu. Avant même de rentrer dans l'appartement, je savais que ce n'était pas pour moi. Je joue quand même le jeu et entre dans le salon qui
était ouvert sur la cuisine. La séparation se faisant avec un petit porche rempli de coquillages... D'un goût très spécial. Le propriétaire nous annonce très fièrement qu'il a lui-même ramassé les
coquillages et qu'il les a collé un à un. Chacun sa déco.

2ème appartement, même combat. En arrivant au pied de l'immeuble, je savais que je n'achèterai pas dans ce quartier. Mais, laissons l'agent faire son show. Juste avant de rentrer dans le 2ème
appartement, il nous dit, très gêné : "Ne faites pas trop attention à la déco. Le propriétaire est un artiste, et ... je crois bien qu'il est homo". Cette fois-ci la décoration était constituée
d'une multitude de tableaux avec des hommes nus. Ca m'a bien fait rire.

Bonne chance pour ta recherche. Le chemin est long. Prochain billet, sur les banques ?


Kao 16/02/2010 15:49


bien vu encore une fois ; heureusement qu'il y a le net et les annonces de particulier à particulier pour échapper à tout ça


Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives