Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 14:56

Photo223-copie-2.jpg

 

Je rentre de vacances apocalyptiques avec The Other family et sa célèbre The Other ambiance...

 

Comme tous les survivants de grandes catastrophes, l'humour seul me permet de regarder en face ce passé douloureux...

 

...

 

Alors, oui, j'ai vu les montagnes, la neige... j'ai même vu de la famille mouflon en train de se bronzer les cornes... du couple de cerfs qui dévale la montagne en se regardant amoureusement, de l'écureuil qui gambade dans la neige les cacahuètes au vent ou une cacahuète dans les griffes je ne sais plus bien...

 

Bref, j'en ai vu des trucs chouettes!

 

Le problème, c'est que j'ai aussi vu notre appartement...

 

Quand nous sommes allés chercher les clés à l'agence... la dame parlait de lit-tiroir, de salle de bain-cabine, de placard-cuisine...

 

Ca donnait le ton.

 

Et je ne fus point déçu de l'appartement-clapier-placard à chiottes.

 

On va commencer par le positif : nous avions droit à la chambre!... Oui le placard playmobil avec l'odeur de raclette moisie avec un lit à l'intérieur, c'était une chambre...

 

Nous avons laissé aux autres le lit superposé du couloir (avec les portes des toilettes-cagibi et de la salle de bain-cabine qui bugnent dedans) et le clic-clac minable de la pièce de vie. Pièce de vie qui se compose d'une kitchenette-placard, d'une table-tiroir et d'un balcon-strapontin.

 

Je passe rapidement sur les milliers d'odeurs suspectes qui régnaient dans cet espace réduit et surchauffé... vous connaissez sans doute ça aussi si vous allez au ski... ce subtil mélange de chaussettes macérées, de croutes de fromage décomposées, de pet de raclette bien fermenté, de draps jaunis et de moquette douteuse... Tout le monde passe la semaine a observer d'un regard suspect son voisin pour voir s'il ne serait pas à l'origine de ces odeurs fétides...

 

Seulement, le monde des odeurs insupportables ne s'arrêtent pas aux portes de l'appartement... Dès que vous sortez, vous êtes surpris par la fraîcheur de l'air... que c'est bon de respirer... enfin... Puis vous faîtes quelque pas et là, vous êtes agressés par les odeurs de pots d'échappement qui, en montagne, sont toujours super agressives... Vous courrez donc à la terrasse d'un bar, loin de la circulation, des odeurs de voitures, de la neige noire et la glace crasseuse...

 

Un vin chaud, du soleil... le bonheur approche... quand soudain, une nouvelle odeur fait son apparition dans le ciel pur des montagnes, une odeur de goudron, de fumée et de nicotine... l'affreuse bande de copains traders parisiens qui tètent leur cigarette à deux mètres de moi, pile poil dans l'axe du vent.... Je passe sur la BO à base de rires gras et d'expressions toutes faites labellisées École de commerce... "ah mais CA-RRE-MENT!"... "AH AHAHAHAHAHA!!!!" "putain, mais c'est canon!"... "AH AHAHAHAHAHA!!!!"... "C'est bonnard!!"...

 

Vous cherchez désespérément une zone de repli mais vous apercevez s'élever de toute la terrasse des petites colonnes de fumée dégueulasse... vous êtes cernés!

 

Du coup, on a décidé de prendre de la hauteur et de faire des balades en raquette...

 

C'était drôlement chouette seulement c'était en groupe.

 

Le lundi, on s'est donc tapé de l'infirmière guadeloupéenne en surpoids chronique qui passe sa vie à hurler de rire dans le beau silence pur des montagnes. Alors, au début, c'est vrai, moi j'ai trouvé ça drôlement sympa. Faut dire qu'à côté des bonnets de nuit de la The Other Family, la grosse antillaise, moi j'ai directement adhéré au fan club.

 

Seulement, l'objectif de la ballade c'était aussi de voir les animaux, pas de faire une thèse sur le sens de l'humour dans la société créole du XXIème siècle. Donc il fallait glisser sur la neige tel un vieux chamois tout discret limite introverti afin de ne pas effrayer ces putains d'animaux complètement stressés de la life qui foutent le camp dès qu'un flocon tombe pas droit.


Notre amie ultramarine était drôlement sympa mais elle riait TOUT LE TEMPS...

Tu vas me dire quand tu marches au milieu des sapins, il n'y a pas de quoi se tordre de rire...

Tu te ferais même limite chier...

Finalement, vers le milieu de la balade, la rieuse professionelle a commencé à se calmer vue qu'il n'y avait plus grand chose à l'horizon de franchement comique...

C'est là, qu'on a croisé cette pancarte...

Photo221-copie-2.jpg
Et oui, nous escaladions la Crotte...

Bon ben là, forcément, c'était perdu... la Castafiore antillaise est partie dans un rire à défriser les mouflons et elle n'a plus arrêté...
 

Nous n'avons donc pas vu beaucoup d'animaux... Le soir, on est rentré le ciboulot en vrac d'avoir supporté des éclats de rire tonitruants tout l'après-midi...

 

Le mardi, on s'est tapé de la famille nombreuse francilienne. Cinq gamins qui se tiraient la bourre niveau conneries à faire et trucs débiles à déblatérer.

Au bout de trois minutes de ballade, ils ont commencé à me balancer des boules de neige glacées dans le cou. J'ai eu beau jeter des regards exaspérés à la mère... rien ne se passait.

La ballade s'est donc déroulée tant bien que mal au milieu des vociférations de ces enfants malpolis élevés à coup de Ferme Célébrités et autres Roue de la Fortune...

 

Le guide de montagne était, lui aussi, assez agacé. Vers la fin de la ballade, il a proposé un jeu drôlement pas trop amusant pour les enfants... il fallait s'allonger dans la neige et écouter le bruit de la montagne (oiseaux, vent...) pendant 5 minutes. Autant vous dire qu'au bout de 15 secondes, un gamin a commencé à jeter pas du tout discrètement des boules de neige dans les oreilles de son frère. Sa mère l'a tapé pour qu'il arrête, il a pleuré, les autres ont demandé pourquoi il pleurait, la mère leur a dit de se mêler de ce qui les regardait, blablablabla gnagnagnagna... Le guide s'est relevé et a repris le chemin en silence pour en finir au plus vite...

 

Le mercredi, c'était plus tranquille. On s'est dit :" et si on allait se taper la cloche dans un restaurant d'altitude!".

 

En voilà de la bonne idée de con!

 

Nous voilà donc parti à l'assaut d'un resto d'altitude ou comment mal bouffer pour super cher entouré de parisiens fumeurs complètement insupportables.

 

Donc vas-y que j'ai bouffé une vieille saucisse dégueulasse (à côté la Knaki de Herta c'est de la saucisse traditionnelle faite par un artisan boucher du fin fond de l'Aveyron). Pour vous dire, j'avais l'impression de bouffer une chambre à air de vélo... mou, caoutchouteux, goût de plastique... le tout accompagné de frites. Oui, les trucs longs qui ont le goût de carton froid, c'est des frites.

 

15€ la blague.

 

Je passe sur les fumeurs des tables d'à côté, sur la Micheline qui ne sait pas marcher avec des chaussures de ski et qui a failli renverser son plateau sur ma tête, sur le Gros Michel qui fait un dérapage en ski à 1 mètre des tables histoire de saupoudrer tes frites d'un soupçon de neige, je passe sur cet enfer sur Terre...

 

Seulement voilà, nous n'étions que mercredi...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kao 05/03/2010 09:27


comme c'est long 24 heures ! pffffffffffff ! :( !


zadzig 04/03/2010 10:51


Merci pour vos messages... la suite, c'est pour demain!
Merci à Myra pour son beau récit apocalyptique de séjour au Mt Saint Michel... j'ai cru revivre ma visite de ce lieu très japonisant... ;o)


ZAZAMIMOSA 04/03/2010 10:45


Ouah ! trop la classe, faire des raquettes avec Miss Dominique, juste avant qu'elle n'aille faire résonner son rire de hyène dans la "Ferme des Hasbeen" (oui, celle qui accueille des hasbeen qui
n'ont même pas eu le temps d'être "been" avant !!!)
Vite d'autres récits, Zadzig, on adôôôôôre !


cassiopée 04/03/2010 08:53


L'enfer blanc ?


Kao 04/03/2010 08:51


bon, et sinon, la vue splendide 2, c'est pour quand, que je réserve ?


Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives