Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 15:39

4384375444_33897a95fe.jpg

 

En ce moment les grandes nouvelles de la vraie vie bien vivante tombent tous les jours...

 

Parmi les changements majeurs, j'ai acheté une maison...

 

Du coup, je commence à faire mes cartons car dans trois mois, je ne serai plus dans ce bel appartement sous les toits...

 

En quittant cet appartement, je vais aussi quitter une communauté de cons de vie, mes voisins!

 

Il faut savoir qu'en fait, à l'origine, je suis venu habiter chez The Other Person...

 

Et que l'accueil des voisins a été assez particulier...

 

Dans les premiers jours, alors que j'allais entrer dans le hall, la porte s'ouvre sur un vieux Monsieur en imperméable beige... une espèce de réplique de Derrick en moins gros et en plus français...

 

Je me mets sur le côté pour le laisser passer en le saluant...

 

Respect du aux aînés oblige...

 

Mais le Derrick local stoppe dans l'entrebâillement de la porte.

 

Je le regarde, l'air interrogatif, un malaise cardiaque? Une attaque d'Alzheimer du genre où suis-je? Qui suis-je? Derrick? Qu'est ce que je fous là?

 

En fait, non, je vois bien à son air qu'il s'arrête EXPRES style "je fais corps pour bloquer l'entrée de l'immeuble"...

 

Je fais donc mine de vouloir avancer pour rentrer dans l'immeuble... il ne bouge pas et lâche un dédaigneux "mais qui êtes-vous Monsieur?"

 

Pour résumer : Papi me bloquait le passage pour empêcher l'intrusion d'intrus drôlement intrusif au sein de l'immeuble...

 

Je prends un peu sur moi et lui indique poliment et gentiment que j'habite dans l'immeuble...

 

Respect du aux vieux oblige...

 

"Oui mais quel est votre nom?" qu'il me sort l'agent de sécurité du troisième âge qui sentait le poireau vinaigrette du midi!

 

Je lui décline mon identité et lui indique les boîtes aux lettres où mon nom est inscrit.

 

Papi regarde les boîtes avec ses yeux de taupe croisée avec un pitbull...

Évidemment, je crevais d'envie de lui dire que "Mais vous croyez quoi?, Que je suis un agent d'Al Quaïda qui veut faire péter votre petit immeuble à l'aide d'un slip atomique"

 

Mais je n'ai rien dit.

 

Respect du aux vieux cons oblige...

 

Au bout d'une minute, il a réussi à lire mon nom, m'a regardé de haut en bas du genre que je n'étais rien qu'un SDF qu'avait trouvé un abri...

 

Et il s'est écarté pour me laisser passer...

 

Voilà mon premier contact avec la population de l'immeuble.

 

Drôlement chaleureux, nan?

 

J'ai surnommé ce Monsieur et sa suite, les codes...

 

C'est-à-dire le vieux Monsieur tout con avec sa femme, leur dalmatien et des étudiants chinois de passage qu'ils hébergent pour mettre du beurre dans les épinards... Ah oui, parce qu'on se la joue grande bourgeoisie mais on est à moitié marchand de sommeil sur les bords...

Et puis je reviens à l'explication du surnom, les codes c'est parce que devant leur porte, il y a un gros boitier très seventies avec plein de numéros car pour pénétrer chez eux, il faut taper un code! C'est à se demander ce qu'ils cachent dans leur appartement bourgeois... un atelier clandestin de sushis (d'où les chineese people...), une maison close pour vieux ou pour chinois ou pour dalmatien, le tournage d'un remake X de Derrick...

 

Au-dessus des codes, il y a l'étage VIP seventies... c'est-à-dire que dans mon immeuble se cache les sosies officiels de Françoise Sagan et Serge Gainsbourg...

 

A cet étage, règne une douce et enivrante odeur de clope et de whisky... La clope c'est pour le sosie de Serge et le whisky c'est pour Françoise qu'est tout le temps bourracho de l'attitude et qui n'écrit pas le moindre bouquin.

 

Donc le Serge Gainsbourg, il se trimbale à 60 piges avec la barbe de trois jours, du jean de partout, la clope au bec et une tête sur laquelle tu as l'impression que c'est écrit FUCK en  16/9ème en permanence... Ex-architecte, il sort avec une petite dame de 20 ans de moins (la Bambou locale quoi), mais ça ne le rend pas plus aimable. Au contraire, j'ai l'affreuse impression que cet air désagréable le rend mystérieux aux yeux de la gente féminine et donc gravement désirable.

 

En face, Françoise Sagan fait croire à tout l'immeuble qu'elle est atteinte d'une grave maladie neurologique ce qui explique pourquoi on la retrouve parfois à quatre pattes dans l'escalier en train de chanter la Marseillaise avec un sac en plastique qui fait gling gling gling tellement il est plein de bouteilles...

 

Françoise est très gentille mais à chaque discussion elle me balance tellement d'alcool dans la gueule avec son haleine que j'arrive à moitié pinté chez moi à 18h30...

 

Après je me fais engueuler par The Other person comme quoi je vais boire des bières après le boulot alors que j'ai juste écouté Françoise déblatérer des trucs sans aucun sens pendant 5 minutes...

 

Et puis, on sait tout de la vie sociale de Françoise car juste avant qu'elle ne reçoive une visite, on entend le fameux "gling gling gling"... comme une sorte de jingle... elle descend ses bouteilles pour nettoyer le terrain...

 

Au-dessus des VIP seventies, il y a les moches et Titi.

 

Alors les moches, ce sont les seules personnes à peu près normales de l'immeuble, c'est un couple de quinqua avec leur fille unique. Seulement, vous l'aurez compris, les moches sont drôlement moches. Madame moche est un peu boulotte, elle a les cheveux trop noirs, porte des lunettes noires en permanence et connaît des cycles de prise de poids réguliers. Qui a dit Isabelle Adjani? Bref.

Monsieur moche n'a pas de forme, on dirait un peu Monsieur Patate mais en vivant et la fille moche est une adolescente à mèches qui a pris les sales cheveux de sa mère et l'absence de contour du père...

 

On sait tout de la vie dissolue de la fille moche car dès que tu entends Diams à fond les manettes et que tu perçois les hihihihihi, tu sais que les parents moches sont partis en week-end et que la fille fait n'importe quoi avec ses copines...

 

Et puis, en face des moches, il y a Titi le vieux garçon...

 

Titi est historien. Il est tout gris, il vit au XVIème siècle, il écoute de l'opéra à fond les manettes et s'éclaire à la bougie... C'est drôlement triste la vie de Titi... Pas un bout de plaisir à l'horizon... Du coup, il s'investit corps et âmes dans les affaires de copropriété de l'immeuble. Il mène des batailles juridiques, passe sa vie chez les notaires... Il se fait drôlement chier dans sa vie le Titi...

 

Dans cet immeuble, je ne me suis jamais senti bien à l'aise avec les gens...

 

Et ce qui est amusant, c'est qu'au moment de partir, certains se sont révélés extrêmement gentil...

 

Pas les codes, ni Serge Gainsbourg, je vous rassure...

 

Mais Madame Moche, Titi, Françoise Sagan, ont tous eu des mots gentils...

 

Je vais me retrouver à vivre dans une maison, sans Derrick, Isabelle Adjani, Françoise Sagan, Serge Gainsbourg ou Monsieur patate en dessous de chez moi.

 

Ca va être drôlement chiant en fait.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cassiopée 24/03/2010 13:32


Je te rassure, on a aussi des voisins quand on habite une maison. J'ai, par contre, de très bons souvenirs de mes 10 ans passés en HLM car les voisins sont devenus et restés des amis. A l'inverse
des apparts en résidence où tout le monde s'ignore poliment (tu peux même crever sur ton paillasson !).


Zadzig 24/03/2010 10:53


Lydie : La prochaine c'est pour demain! ;o)

Kao : je crois que le pauvre type ou la pauvre femme alcoolique est malheureusement un GRAND classique... C'est super triste et en même temps ça donne lieu à des moments tellement drôles...

Lynda : J'ADORE les histoires de voisins. Quand on compile tout ça, on a l'impression que nos villes sont peuplées de fous! Merci pour tes anecdotes et bon courage pour supporter Johnny...

Ppmc : Je te rassure, notre maison est une maison de ville donc avec tout plein de voisins autour!!! Miam quoi!


ppmc 24/03/2010 10:45


bien vu les portrait! rassures toi, meme quand on habite une maison on a des voisins, ou alors vs avez acheté au fond des bois ?


Lynda 24/03/2010 10:29


Moi aussi j'ai connu des cinglés. Mais celle que je n'oublierai jamais, c'est la cinglée d'en dessous qui organisait des parties fines une dizaine de fois par mois, parfois plus, du temps où
j'étais étudiante. Au début ça me faisait rigoler, je comptais les voix differentes pour voir un peu combien ils étaient... puis c'est devenu juste lourdingue et insupportable. Impossible de
dormir, car en plus des partouzes jusqu'à pas d'heure, il fallait se taper ses soirées karaoké Dalida ou soirées dvd Sex and the City avec ses copines qui faisaient hihihihihihi avec des cris de
chouette. J'en pouvais plus, j'en devenais irritable et mal lunée. Soudainement, un weekend elle est partie, pfffiou, comme ça en 2 heures. J'en ai eu les larmes au yeux de soulagement. Une mamie
l'a remplacée. Elle se couchait à 21h, elle. Et puis il y a quelques mois, devant la télé, je visite les chaînes de la tnt, et je la vois... l'organisatrice de partouzes présente une émission où
l'on peut "réagir" en direct par téléphone. Je n'en reviens toujours pas. Il y a des fois où je me prends l'envie d'appeler et de lui mettre la honte avec mes dossiers. En direct.
A part ça, j'ai eu droit à une prof de hautbois. Ca débutait à 8h jusqu'à ce que le soleil se couche. Je redoutais l'arrivée de l'été donc. J'ai décidé de partir le jour où un jeune s'est installé
au dessus de chez moi. On aurait dit qu'il n'en revenait toujours pas d'avoir quitté le domicile familial, d'où les fêtes quasiment tous les soirs avec David Guetta et Béyoncé jusqu'à l'aube. Et
les boum boum au plafond à cause de leurs pas de danse alcoolisés. J'en ai eu marre, ça coincidait avec mon 1er travail et fallait être frais dès le matin, alors je me suis barrée dans un quartier
un peu plus chic et silencieux, en me disant que les gens seraient plus courtois etc... oui en effet ils le sont. Sauf qu'il a fallu que j'achète l'appart juste en dessous du type qui est fan de
Johnny et qui a un fils qui s'amuse à faire du roller dans l'appart. Comme par hasard. Mais bon, ils partent tous les weekends pendant 3 jours, c'est déjà ça.


Kao 24/03/2010 09:02


bien vu sur toute la ligne, on imagine, car tout le monde a connu de près ou de loin de telles caricatures ; pour ta Françoise, moi, à l'époque où je prenais l'autocar, exactement la même
impression : il y avait un Monsieur, je dirais type Derrick, mais Derrick alcoolisé, tu vois ; et je faisais gaffe à ne pas m'assoir derrière lui, car la seule fois où ça m'est arrivé, oui, c'est
tout à fait ça, j'ai vraiment eu l'impression de sortir bourrée de l'autocar, avec les effluves d'alcool que j'avais respirées pendant une bonne demi-heure ; je connais cette sensation tu vois,
d'être bourrée sans avoir touché un verre, et je compatis, rapport à l'engueulade que tu risquais à chaque fois, du réel, je peux témoigner !


Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives