Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 11:42

 

114235489_8c96fcbe7c.jpg

 

 

Un petit billet pour vous souhaiter de bonnes fêtes de la Naouël!!!

 

Profitez bien de ce moment où, telles des oies, vous allez être gavés par :

 

- la queue digne de l'URSS des années 70 pour acheter une paire de chaussettes qui chante Jingle Bells en Ukrainien à votre beau-frère...

 

- les réunions de famille où Tata Ginette vous raconte son opération du rectum en détails tout en dégustant un chocolat qui lui fait les lèvres noires...

 

- la nouvelle buche Picard goût poussière mal décongelée de votre mère qui a décrété ne plus vouloir se faire chier à Noël...

 

- le 1563e foie gras que tout le monde va commenter pendant deux plombes, trop salé, trop fade, trop fondant, trop fort...

 

- les après-midi où tout le monde comate dans le canap' pour se remettre de la combinaison alcool/gras qui met votre corps à rude épreuve...

 

- les mimages de joie intense digne du Cours Florent quand vous découvrez le magnifique pull à losanges bordeaux offert par Belle-Maman...

 

- les crampes d'estomac pendant les interminables course de Naouël rapport à ce vin chaud pris dans ce chalet douteux...

 

- de l'apéro avec les voisins de vos parents qui vous décrivent pendant 5 plombes le nouveau papier peint des toilettes du bas posé par cet ouvrier portugais très professionnel...

 

Bref, JOYEUX NOEL!!!!!!!

Repost 0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 10:42

5387788374_7d56dba138.jpg

 

Coucou.

 

Oui, me revoilà.

 

Désolé pour cette longue absence... Comme une impression de se noyer pendant des semaines... mais bon, on ne va pas se plaindre (c'est pas du tout le genre de la maison)... c'est bientôt Naouël... ses sapins, ses chants, et aussi ses buches écoeurantes et ses dindes mortes avec un marron dans le derrière...

 

Bon, alors c'est quoi le problème?

 

Ben, absolument rien d'original... la longue et banale complainte des trentenaires débordés par un duo de choc : BB mais pas la fille blonde des années 60 non : Boulot et Baby.

 

Le week-end dernier, Jo' était en mode gastro. Là autant te dire qu tu nages dans la merde et le vomi du soir au matin. Tu perds un peu toute notion de dignité tout ça...

 

Tu fais appel à la famille pour la garder en semaine mais là tout le monde a piscine/broderie/chorale...

 

Donc tu es dans la merde au propre comme au figuré...

 

Le lundi matin, ton objectif : la caser à la crèche because au boulot, c'est juste LE jour où tu ne peux pas être absent...

 

Tu arrives tremblant à la crèche avec un sac à pharmacie digne d'un lépreux en phase terminale... Jo' est toute pâle, un bout de vomi au coin de la lèvre. Toi, tu essaies de positiver à mort en racontant ce week-end de folie où Jo' a repeint la maison était très en forme mis à part ce léger problème de gerbe permanente mini gastro mais maintenant bien reglée grâce au médecin des Urgences et son traitement de cheval léger.

 

La crèche accepte Jo' et c'est parti pour une journée de folie au boulot où le concept de tampon bat son plein. Pression par au-dessus, pression par au-dessous... Je me soulage la tête en tapant pour la 1542354ème fois sur google "peux t-on gagner sa vie en montant une  chambre d'hôte en Provence?"... après, je fais un tour sur des sites de recherche d'emploi... mais en cette période de crise, chaque annonce me semble cacher un méchant plan galère... "grande disponibilité" (je donne déjà merci)... "capacité de résistance à la pression" (ça aussi, ça va, si on pouvait en sortir merci)... ou "enthousiasme" avec un peu plus loin le salaire de misère misère... oui, bien sur, au smic avec le sourire s'il te plait...

 

La journée passe... téléphone qui fait dring dring, secrétaire qui fait ouin ouin, chef qui fait ouaf ouaf, collègues qui font gna gna gna...

 

18h02... il faut que je m'échappe pour récupérer Jo' à la crèche... Je prétexte un rendez-vous à l'autre bout du département... Évidemment, je suis en retard donc je bourre sur la route... je pense à mes 6 points sur le permis...

 

Qu'est ce que je préfère : arriver à l'heure, vivant avec trois points en moins voire plus de permis donc plus de boulot... arriver à la bourre, vivant, avec tous mes points sur le permis mais avec la dame de la crèche qui t'humilie + regard culpabilisateur de Jo' du genre que t'es rien qu'un père indigne qui la laisse au bagne jusqu'à 19h... ou ne jamais arriver, ben oui puisque tu as dérapé sur la chaussée hop direction St Pierre, sa clé, ses nuages tout ça...

 

Je me perds dans mes pensées et sur la route... je loupe la sortie de la crèche... je sors dès que je peux mais la ville a décidé d'être en travaux de PARTOUT!... Me voilà en train de doubler un tractopelle sur une route ou plutôt ce qu'il en reste... je manque de finir dans un trou mais je finis par retomber sur la bonne route... J'arrive à la crèche à 18h32... aïe... 2 minutes... Je vois Jo' derrière la vitre et je vis enfin mon moment de bonheur de la journée...

Repost 0
Published by zadzig
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 11:43

442473177_2006b24ebc.jpg

 

Il y a tout juste un an, Jo' pointait le bout de son nez...

 

On a beau te prévenir à coup de phrases toutes faites : "ah tu vas voir, ça change la vie"... ben rien ne te prépare à CA...

 

Un an plus tard, on peut dire que ça ne change pas la vie, ça la tue révolutionne et ça rentre en conflit direct avec ton cerveau de petit mâle-occidental-dégénéré-égoïste...

 

Au début, c'est marrant parce que ça change finalement assez doucement.

 

Ok, tu te fais réveiller trois fois par nuit, ok tu fourres les mains dans le caca comme jamais tu n'aurais imaginé, ok quand tu vas au resto, c'est l'événement de l'année (retour à 22h30, Youhouuuuu!!! Crazy night!!!).

 

Mais bon, c'est tout petit, ça bouge pas trop, c'est cro mignon.

 

Aujourd'hui, un an plus tard, la donne change quelque peu.

 

Le petit bébé tout mignon tapi au fond de son lit s'est transformée en bébé ultra punchy et tres TRES TRES curieux qui a décidé de lécher/manger/taper/casser tout ce qui est à sa portée.

 

Du coup, dans ton appart, y'a comme un phénomène de lévitation des objets. Tout remonte d'un cran.

 

Les bibelots sympas sur la vieille malle, tu oublies. Ils vont se réfugier avec les autres sur le buffet qui ne ressemble plus à rien si ce n'est à un dépôt vente géant d'objets fragiles.

 

Ton téléphone sur la table basse, tu peux déjà aller en racheter un autre.

 

Tes chaussures près de la porte, tu évites même si c'est vrai que les coups de langue dessus les font drôlement bien briller.

 

Les petits galets sur la terrasse, tu les ranges si tu veux éviter de commencer la journée en allant aux urgences pour cause d'avalage de galet géant.

 

Et puis évidemment, tout tes papiers importants, faut vite les ranger sinon, ça finira dans la cuvette des chiottes.

 

Car oui, Jo' a une passion pour tout ce qui est interdit dont les chiottes et toutes les autres choses sales/pas bien/non non non!!/arrête!/putain mais tu écoutes ce que je te dis!!!

 

Ainsi, Jo est fascinée par la lunette des toilettes qui se lève et se baisse : just magic!

 

La poubelle de la cuisine qui sert de Tam-Tam, le dessous des chaussures qui est si goutu ou ce magnifique couteau en céramique qui découpe rien qu'en le regardant.

 

Les cubes, les doudous, les livres en mousse sont salement délaissés au profit de choses étranges et peu adaptés a un enfant de un an.

 

Ainsi, Jo a également une passion pour l'ail.

 

Un jour que je regardais ailleurs 3 secondes (ça aussi tu oublies, t'as pas le droit!), Jo' a eu le temps de mettre dans sa bouche une gousse d'ail. Bon, le truc rassurant, c'est que manifestement, Jo' n'est pas un vampire. En effet, elle apprécie beaucoup l'ail. Elle machait la gousse avec déléctation et quand je lui ai retiré elle a commencé à hululler. Un hulullement avec une forte haleine d'ail. Depuis ce jour, elle n'a qu'un objectif : se taper une bonne grosse gousse d'ail en cachette.

 

Ainsi, elle fait semblant de jouer vers la cuisine avec un jouet en plastique et dès que tu tournes le dos, elle escalade le bordel qui lui barre le passage vers l'ail.

 

Dans la série "j'aime ce qu'on m'interdit", Jo' a également une passion pour les porte-feuilles (elle a bloqué sur les billets de 20 euros, so blue, so cute), pour les clés (très pratique le matin quand tu passes l'appart au peigne fin pour retrouver tes clés dans la cuvette des chiottes), pour les palmiers (enfin ce qu'il en reste)...

 

Bref, Jo' est un amour de bébé très dynamique. Le truc sympa aussi c'est qu'elle est très dynamique DES 6 heures du mat'. Alors que toi, ben moyen moyen.

 

 

Donc à 6h03, tu te retrouves à barrer le passage vers l'ail, ranger tes billets de 20 euros éparpillés dans la poubelle ou retirer tes chaussures de la bouche de Jo'...

 

Après, tu enchaines le marathon...

 

Tu déposes le bouzin à la crèche et là, en arrivant au boulot tu découvres avec bonheur que Jo' t'a laissé un joli souvenir : une petite trace de merde sur le coin de la chemise...

 

Dans quel état je suis?

 

Ben fatigué mais plutôt heureux.

Repost 0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 14:14

5114982230_6b428822b6.jpg

 

On pensait le Jean-Luc, soigné, sevré, calmé...

 

Après une tournée triomphale en camping car dans les collèges de France pour dire que "la drogue c'est drôlement mal", on retrouve le John-Luc national dans la lucarne à conneries...

 

Jean-Luc nous a expliqué à longueur d'interview qu'il avait changé.

 

Fini, les émissions sur les prostituées manchotes/roumaines/nécrophages/hermaphrodites, les nains obèses/échangistes/mangeurs de crotte de nez/communistes ou les transexuelles/fans de C Jérome/boudhistes/mères de famille nombreuse...

 

Jean-Luc a compris le sens de la vie.

 

Il est intègre, honnête, sain!

 

Il s'occupe maintenant des familles françaises.

 

Même pas recomposée la famille.

 

Nan, d'un classicisme déconcertant, imaginez donc une femme, un homme et des enfants!

 

Le cauchemar du Delarue des années 2000. Même pas d'amant échangiste, d'enfant atteint du syndrome de la Tourette, pas l'ombre d'un papa qui veut devenir une maman ou d'un ado à qui l'on pose un anneau gastrique à 12 ans et demi.

 

Nan. Une famille française du sud-ouest, avé l'accent.

 

C'est là où la surprise s'arrête.

 

Le John-Luc a décidé d'étaler les culottes pleines de merde de cette gentille famille qui sent le gigot/haricot à plein nez...

 

Jean-Luc va laver le linge sale devant des millions de spectateurs médusés...

 

Donc, ça commence par une séquence d'interviews...

 

Il passe en revue la belle fille qui peut plus piffrer la belle-doche...

 

Puis passe en revue le fiston qui a coupé les ponts avec ses parents parce qu'ils parlaient mal à sa femme...

 

Puis vient le tour des parents...

 

Tout le monde passe devant Monsieur le Curé John-Luc...

 

On se roule dans le pathos et dans la merde, on y est si bien avec Jean-Luc qui adopte le même ton d'enfant de choeur qu'avec les putes roumaines unijambistes d'il y a 2 ans...

 

Le tout est entrecoupé de montages avec les photos de famille et des musiques totalement adaptées genre "La guerre des étoiles" ou "Le Seigneur des Anneaux" tout ça pour illustrer le drame du Noël ou mémé a dit que le poisson était trop cuit gnananananagnagnagnagna....

 

Le Jean-Luc il fait style que son émission c'est limite un truc social qui devrait être remboursé par la Sécu... alors qu'on s'immice avec lui dans les moindres petits secrets médiocres des gens et qu'on tourne autour en criant ENCORE!...

 

Le Jean-Luc, il est super concerné par le mal-être du Kevin ou de la Josiane... Il penche la tête, fait le coup de l'oeil mouillé, pendant que le public fait des "oh" et des "ah" devant les horreurs prononcées par les différents membres de la famille...

 

Après les interviews, vient le moment où John-Luc réunit des gens qui ont vécu le même genre de situation... Là, on est en direct du PMU d'en bas. Des Josianes conseillent d'autres Josianes sur des histoires de Josianes... Là, c'est la foire aux phrases toutes faites du genre "ça a été dur, mais ça m'a rendu plus forte" et autre "l'important, c'est de rester soi-même"...

 

Après la confrontation des Josianes, vient le moment où John-Luc réunit tout le monde autour d'une table ikéa pour "faire des pas les uns vers les autres"...

 

Assis autour d'une table, c'est pas facile, mais ça ne fait pas peur à John-Luc...

 

Le fiston nous fait un drame national because ses parents ne lui ont jamais dit "je t'aime"... S'il avait deux sous de jugeotte, vue la génération de ses parents, il saurait qu'il n'y a rien de plus normal... mais non, il fait "oin oin" le grand gaillard de 45 ans avec sa femme et ses 8 enfants...

 

La mémé déballe tous les "je t'aime" du monde mais fiston et belle-fille ne décroche rien.

 

John-Luc évoque "des petits pas"...

 

On a très envie de lui mettre un grand pas dans la tronche pour lui enlever cette tête de vieux chat complètement faux-cul...

 

Tu sais, la tête du vieux chat qui fait genre ses gros yeux ronds un peu triste, "regarde comme je suis gentil et beau" alors que dans son cerveau y'a juste une phrase qui tourne en boucle : "DONNE MOI DES CROQUETTES CONNARD"!!!...

 

Là, le Jean-Luc, c'est tout pareil, il fait genre "regarde comme je suis concerné et gentil" alors que dans son cerveau, y'a juste "METTEZ VOUS SUR LA TRONCHE OU PLEUREZ MAIS FAITES QUELQUE CHOSE BANDE DE PLOUCS!!!"

 

Donc, forcément, pour l'ambiance autour de la table, on se croirait à des pourparlers israelo-palestinien... alors que ça cause de mémé qui a mal parlé à sa belle-fille...

 

Finalement, la séance de la table s'achève. Tout le monde repart de son côté... Ca sent l'échec... mais John-Luc ne lache rien. Il continue à envoyer ses caméramens en coulisse pour filmer la réconciliation belle-fille-beau-père...

 

Après, on passe en mode reportage, dans un grand parc où John-Luc essaie de rapprocher tout le monde. Il va s'entretenir à deux mètres de mémé avec le fiston qui refuse toujours de la voir.

 

Evidement, à un moment, tout le monde pleure.

 

Mission accomplie!

 

 

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 21:42

538044082_c9bd85f2a6.jpg

 

A y'est!!! Cette fois, c'est FINI.

 

On retrouve nos agriculteurs dans une magnifique propriété baignée de soleil avec une Karine Lemarchand en legging rose qui part à la chasse aux ragots...

 

...

 

Première déception de la soirée : Jean-Michel vient seul et se met à draguer lourdement un pauvre âne dans un champs... Ca commence bien!

 

L'âne jette un oeil à la caméra du style "où est le gaz?", puis Karine Lemarchand déboule avec sa gueule enfarinée et son hypocrisie en bandouillère.

 

"Alors Jean-Michel? Tu es venu seul?" qu'elle fait faussement étonnée.

 

"Nan, nan, Nathalie est en kit dans le coffre de la bagnole" "Ben oui, c'est fini avec Nathalie...", qu'il répond le Jean-Mimi qui reluque le cul de l'âne du coin de l'oeil...

 

Karine part donc en spéléo dans le psychisme du Jean-Mimi pour comprendre le pourquoi du comment...

 

Selon Jean-Michel, il est allé à la gare, s'est endormi sur sa valise et a râté son train. Il est donc reparti chez Nathalie qui était très en colère puisqu'elle devait absolument s'occuper de ses chèvres.

 

Garant d'une déontologie journalistique haut de gamme, Karine Lemarchand propose de découvrir la version de l'histoire by Nathalie, herself.

 

On retrouve Nathalie qui continue à délirer sur le Jean-Mimi qu'est trop un amour, et puis quand même, elle explique que Jean-Michel allait trop vite et qu'il pensait déjà déménager...

 

Bref, ça allait trop vite pour Nathalie qui préfère construire une bonne vieille amitié "indestructible"...

 

Je vous propose également MA version de l'histoire. Nathalie a une vision totalement Bisounours de la vie et quand Jean-Mimi veut passer la seconde, ça lui fait drôlement peur...

 

Oui, on parle bien de cul là on est d'accord.

 

Karine nous fait presque pleurer quand elle se lance dans une grande déclaration à Jean-Mimi du style qu'il a donné de grandes leçons d'élégance à tout le monde, tout ça...

 

Pourquoi, elle n'y va pas alors?

 

C'est marrant, tout le monde trouve Jean-Mimi complètement touchant mais personne ne se dévoue pour lui faire connaître les délices de l'amour...

 

...

 

Karine retrouve également avec joie le couple cracra Véro-Loïc...

 

Comme il fait beau, Véro a retiré sa doudoune mauve élimée mais n'a pas lâchée son bandeau bleu perroquet...

 

Révélation de la Véro à Karine : "j'ai été bijoutière et j'ai songé à devenir agricultrice"...

 

A ça on peut également rajouter : "je file la laine au rouet, je suis assistante juridique et je fais de la danse péruvienne du XVIIe siècle"...

 

Véro elle est dure à suivre...

 

Au bout de deux secondes d'interview, Loïc se met à parler de Marie... La prétendante qui n'est pas restée pour cause de puage généralisé désaccord sur l'hygiène.

 

Véro apprécie et remet nerveusement son chouchou bleu perroquet.

 

Karine insiste lourdement du style "ça fait quoi de se taper son deuxième choix?"

 

En tout cas, ça a l'air plutôt bien parti pour nos deux tourtereaux un peu sales...

 

...

 

Karine va également aux nouvelles du côté de Céline et Laurent.

 

Laurent-le-collant est toujours en mode UHU.

 

Céline est toujours en mode "je fais pas trop ce que je veux avec mes cheveux"...

 

Mais, bon ça a l'air de coller. C'est le mot. On dirait des siamois collés par l'épaule.

 

Karine exulte de joie.

 

Encore une réussite.

 

...

 

Et puis, Karine décide de debrieffer le Mathieu beau gosse du Maine-et-Loire.

 

On apprend qu'il a réussi à faire revenir Melissa... et qu'ils sont ensemble.

 

Pourquoi elle n'est pas venue pour exprimer sa joie?

 

On ne sait pas bien.

 

...

 

Karine Lemarchand va également faire le plein de ragots du côté de Philippe et Nina. Nina habillée en star du R'N'B comme toujours et Philippe un peu effrayé en retrait. Karine se moque des fautes de français de Nina, ce à quoi cette dernière répond par d'autres fautes de français...

...

 

Et puis, nous retrouvons Karine, l'éleveuse de dada aussi féminine qu'un slip kangourou troué.

 

Et avec l'élastique un peu lache aussi.

 

On apprend rien de bien passionnant à part que Karine a trouvé l'amour mais que pendant 15 jours.

 

Du coup, elle pense que c'est possible. Tant mieux pour elle.

 

Karine essaie d'arranger un truc avec Benjamin. Donc ça ricane, mais ça fait pshiiit.

 

Comme le bilan du Ben, d'ailleurs...

 

...

 

 

Et puis Karine termine avec Séverine et Fabien.

 

Que dire?

 

Toujours pareil. Séverine minaude pour avoir un petit geste d'amour. Une tape dans le dos ferait l'affaire mais Fabien ne bouge pas une oreille.

Fabien fait son gros dur insensible.

 

Y'a du boulot Séverine! Bon courage!

 

...

 

Ah oui, j'oubliais quand même le Jean-Claude national venu spécialement en tee-shirt rose moulant... toujours accompagné de Maud, le cheveu un peu moins gras que d'habitude...

 

Maud continue sur son mode relou "jveux des nenfants, un mariage, une installation commune" pendant que le Jean-Claude plane toujours à 15 000 pour ne pas voir Maud la réalité.

 

...

 

Encore deux oublis : Didier et Raymond.

 

Pas grand chose à dire avec ces deux-là...

 

Ca roule des mécaniques et ça joue à la pétanque en attendant de jouer aux boules...

 

...

 

Merci à tous pour vos commentaires lors de cette trop longue saison et à très vite pour des billets qui ne sentiront plus la bouse...

 

Repost 0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 20:54

164708797_136c2ea517.jpg

 

 

 

Nous retrouvons Jean-Michel... Nathalie l'a invité... elle a changé d'avis...

 

Que s'est-il passé chez Nathalie.

 

Un coup de foure à retardement? Un rappel d'huissier?

 

C'est très très bizarre...

 

Jean-Mimi arrive avec 237 bouquets de fleurs et 456 mots dans sa bouche qui sortent en même temps, ce qui fait qu'on ne comprend pas tout...On découvre l'univers très caprino-caprin de Nathalie.

 

Disons simplement que y'a de quoi finir chèvre...

 

Jean-Michel nous ressort son disque rayé : "oh, mais tu as un très joli sourire"... 

 

Et pui vient le moment de LA surprise.

 

Lors de sa venue en Tourraine, Nathalie avait bloqué sur une chèvre avec un coeur sur la tête...

 

Et bien oui, Jean-Mimi a racheté la chèvre. Il se pointe donc devant chez Nathalie avec la chèvre dans les bras en hurlant : "Nathalie ouvre le portail, la chèvre est en train de me chier dessus bordel!"

 

Scène insoutenable où Nathalie met deux plombes à venir ouvrir la porte et où la chèvre se débat dans les petits bras de Jean-Mimi qu'est tendu comme un string rapport à la chèvre qui veut se barrer...

 

On passe à deux doigts de la catastrophe, un coup de patte dans l'oeil de Jean-Mimi et la chèvre qui se barre puis se fait écrasée par un 5 tonnes au moment où Nathalie ouvre enfin ce putain de portillon...

 

Non, rien de tout ça. Ils font juste un plaquage de chèvre au sol pendant que Nathalie exprime son émotion devant ce présent qui sent le bouc si touchant...

 

Une fois la chèvre mise dans l'enclos, c'est le moment d'emballer pour Jean-Michel. Main sur le cul. Il l'emmène petit à petit dans les bois. C'est le moment de sortir la hache le grand jeu.

 

Et puis en fait, nan rien! Chez Nathalie, on est en CE1...

 

Le soir, Nathalie a invité quelques amis pour se défendre fêter la venue du Jean-Michel.

 

Histoire de flinguer la soirée une fois pour toute, Jean-Michel nous ressort la chanson triste qu'il préfère... On se demande à quoi joue Nathalie et on se demande si tout ça est bien net. 

 

Alors qu'il semblent amoureux, RIEN ne se passe. Jean-Mimi n'arrive pas à passer la seconde. Nathalie a l'air très heureuse de rester en première.

 

Nathalie lui fait découvrir sa seconde passion : la littérature russe du XIXe la moto.

 

Un coup de "vroom vroom" dans les paysages de Loire...

 

Puis Jean-Mimi se confie à la caméra : ce qu'il aime chez Nathalie, ce qui le fait craquer, c'est "qu'elle habite dans une grande région d'élevage".

 

Ah ouais, c'est vrai que c'est drôlement sexy ça.

 

Sur la moto, Nathalie lachera cette phrase : "T'es une crevette, j'te sens pas derrière"...

 

Et pourtant, je vous jure, RIEN ne se passe...

 

C'est le début d'une grande série de trucs à base de guimauve : "tes yeux sont magnifiques, ils son verts comme la nappe"...

 

Au moment de partir, Jean-Mimi propose de rester une nuit de plus.

 

Tu m'étonnes. Il veut qu'il se passe ENFIN un truc.

 

Et Nathalie de se réjouir puis de dire que ça va pas être possible rapport aux chèvres qui demandent qu'on s'occupe d'elle...

 

Quelqu'un arrive à décrypter l'attitude de Nathalie?

 

...

 

Pendant ce temps, la France est moins sale. En effet, Loïc passe la frontière et arrive en Suisse pour retrouver la Véro qui a sorti sa plus belle doudoune élimée pour l'acueillir. On retrouve immédiatement le sens de l'hygiène propre aux Suisses puisqu'à peine arrivé, Loïc prend une averse sur la tête. Comme ça au moins, il aura pris une petite douche malgré lui. On a l'impression que Loïc dit "aïe" à chaque goutte d'eau qui tombe sur lui...

 

Nos deux tourtereaux se retrouvent dans un bar donnant sur le lac et ils commencent à philosopher sur le grand jet d'eau du Lac Léman...

Un grand jet d'eau qui plonge notre agriculteur dans des abysses de perplexité.... Alors, qu'il parvient à tenir une année avec trois litres d'eau pour se laver... le grand jet d'eau suisse crache 500 litres à la seconde...

 

Un problème pour CM2 : Sachant que le grand jet d'eau de Genève crache 500 litres à la seconde et que Loïc dégueu-crado-berk utilise 3 litres par an, combien de Loïc-dégueu-crado-pas-lavé peuvent se laver en 1HOO....

 

Puis Véro emmène Loïc à son cours de danse péruvienne (??!!!)...

 

Elle apparait en tenue traditionnelle péruvienne et Loïc reste tout scotché...

 

A la fin de la démonstration, Véro veut entraîner craspouille Loïc sur la piste.

 

"Enlève tes chaussures", qu'elle lui demande pour qu'il se lance dans la danse...

 

Et nous, on prie dans notre canapé pour que Loïc ne quitte pas ses chaussures pour la survie de ces trois braves péruviennes en costume folklorique, pour le Pérou, pour la Suisse pour l'Humanité quoi. Comme si un seul Fukushima ne suffisait pas en 2011. Merde quoi!

 

Le soir, ils se retrouvent au restaurant avec leur jolis pulls vert forêt.

 

Autre passion 2.0 de Véro : le filage de la laine au rouet.

 

Véro est une Amish perdue en Suisse, c'est pas possible.

 

A noter que Loïc porte toujours son éternelle chemise noire et jaune et Véro toujours sa doudoune mauve, chouchou rose et écharpe bleu perroquet.

 

Pour leur week-end exotique-de-rêve-crazy-youhou, ils ont choisi la Bretagne...

 

Ouais, Loïc ne pouvait pas aller trop loin de sa ferme... donc direction le Finistère Nord.

 

Qu'ont-ils fait de mal?

 

Je ne sais pas.

 

En tout cas, c'est thalasso au progamme.

 

On est soulagé heureux de voir Loïc dans des bains bouillonnants...

 

L'esthéticienne n'a sans doute jamais vu des pores aussi bouchés... donc elles s'y mettent à plusieurs... 

 

"N'hésitez pas à en mettre une bonne couche", qu'elle précise même la chef esthéticienne.

 

...

 

Pendant ce temps, Fabien, le cow-boy de Meurthe-et-Moselle quitte sa riante région pour une autre riante région : l'Auvergne.

 

"Comment qu'céééééééé?" qu'il dit le Fabien pour dire "bonjour ma puce, tu m'as manqué"..

 

Au programme de cette folle journée à Montluçon : paté aux patates chez môman.

 

Ouais, je sais, Montluçon, paté au patates, déjeuner de famille... faut être motivé...ou s'appeller Fabien.

 

La maman trouve que Fabien et Séverine font une "belle brochette".

 

On est bien content.

 

Pour la venue de Rantanplan, Séverine a loué une cabane dans les bois. Mais avec eux, même les belles idées finissent toujours par virer au truc popu-crad-moche. Ils se retrouvent ainsi dans un bain nordique (grand sceau plein d'eau chaude avec un poêle DANS le bain) avec, pour la touche de poésie, un chanteur canadien qui chante une chanson intitulée "la turlute"... Le grand chic toujours.

 

Après une nuit dans la cabane, nos deux tourtereaux vont chez le Papa de Séverine.

 

Aucun intérêt, on est d'accord, mise à part cette étrange ferme qu'on dirait un documentaire sur la France des années cinquante.

 

Après la riante Meurthe-et-Moselle, et la riante Auvergne, on les retrouve dan une île... riante : l'Islande.

 

C'est gris, il tombe des cordes, Fabien et Séverine ne s'épanouissent manifestement que dans le moche.

 

Ils visitent des cascades et des geysers. Ca flotte, ça vente. Ils s'abrittent dans des sacs poubelle. C'est remoche.

 

C'est pas comme ça qu'on va retrouver le moral en cette triste rentrée...

  

...

 

En Normandie, Laurent accueille Céline.

 

Petit cadeau dans une bijouterie farcie de panneaux "Prix sacrifiés - 70 %..."

 

Laurent-le-collant et Céline-cheveu-rebelle s'envolent pour survoler la Haute-Normandie.

 

Un rêve éveillé si ce n'est Laurent-le-collant qui ne peut s'empêcher, malgré le micro casque, de faire des bisous toutes les 34 secondes...

 

Direction un dîner avec l'ex de Laurent-le-collant et le fiston avec un gros gateau à la crème au beurre histoire de travailler la jolie silhouette de Céline.

 

Le lendemain, direction Etretat


"C'est un garçon qui range bien" qu'elle dit Céline totalement ivre d'amour et de bonheur au bord des falaises...

 

Puis, on retrouve Céline et Laurent au Portugal.

 

Oui, au Portugal. Le pays du Fabio, maçon portugais, prétendant recalé de Céline. Une idée pour le moins étrange.

 

Laurent-le-collant joue au japonais en filmant le voyage 24/24h...

 

En tout cas, ça a l'air bien parti pour durer...

 

Repost 0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 17:06

4949851059_6c30ee36d7.jpg

 

Oui, M6 est en train de tuer le concept.

 

Trop long, trop mou, cette édition de l'Amour est dans le pré traîne en longueur.

 

Bon, bien sur, quand on arrive vers la fin, y'a toujours de la pépite...

 

En même temps, ça fait 4 mois qu'ils tamisent le bouzin... Il serait temps!

 

 

"Ptit coeur" et crazy Nina

 

Par exemple dans la maison de Nina...y'a de la pépite, c'est... comment dire... RIEN ne dépasse.

 

Le pavillon carré parfait de banlieue parisienne, déco cheap bling bling à coup de stickers mauve et orange... (blurp) Bref, ça n'a pas tout à fait le charme du Lot!

 

Le Philou n'a pas passé la porte d'entrée qu'il se retrouve avec des chaussons à carreaux...

 

Ca l'excite la rassure Nina le chausson à carreaux.

 

L'apéro se tient sur le canap' et Nina note bien que notre agriculteur en met tout plein par terre...

 

Elle coche déjà dans sa tête : "demain, 9 à 10h, aspi party".

 

Comme d'hab, Nina en fait trop. Elle rit trop, se maquille trop, dit trop de mots pour des autres, bouge trop, trop trop trop trop trop.

 

STOP!

 

Le matin, elle déboule comme dans les films avec un beau plateau pour le ptit dej' en lancant à son Philou d'amour des "ptit'coeur"... très...très... comment dire... racaille banlieue.

 

"Tiens ptit coeur", "hein ptit coeur", "oui ptit coeur"...

 

Et puis Nina est juste fatiguante... Un coup, elle fait de l'accrobranche (enfin "aquabranche" selon Nina même que ça lui fait monter "l'adréaline"...), un coup du jet-ski, un coup du quad...

 

Nina a le vocabulaire d'un enfant de 6 ans.

 

C'est grave touchant.

 

Oui, j'avoue, j'aimais bien Nina mais maintenant, elle m'énerve.

 

Bref, le "ptit coeur", aussi, on voit bien que ça commence à le chauffer la banlieusarde avec son vernis de fashionista qui commence à drôlement s'écailler...

 

Après avoir réalisés tous les sports extremes disponibles du coin, ils partent pour la Corse.

 

Là, Nina, peut à nouveau en faire trop... niveau maillot de bain cette fois : un coup en déshabillé noir sur un rocher façon clip de rap, un coup en maillot blanc qui lui remonte les nibards sous le menton façon James Bond Girl, un coup en maillot brésilien à se prendre la fessée par Philou façon pub Schweppes...

 

Je crois que Nina sait qu'elle passe à la télé.

 

Nan?

 

 

Casse-burnettes Force 12 et chien-chien des Vosges

 

Sinon, y'a aussi Benoît et Sabrina.

 

Là, je crois qu'il faut clairement lire entre les lignes et ne pas se mettre la tête dans un trou...

 

1- Sabrina est une casse-boulette comme la Terre en a rarement portée... Dire d'elle qu'elle est chiante, c'est limite mignon. Non. A ce niveau là, c'est limite psychiatrique.


2- Elle sait parfaitement que son unique moyen d'avoir un homme, c'est de taper tout de suite dans le mille... c'est à dire de s'occuper du baton de berger des Vosges... ce qu'elle a fait dès le premier soir du porno de "l'aventure".

 

3- Elle est insupportable, donc Benoît doute mais à chaque fois qu'il s'écarte, elle l'enfume en lui faisant la brouette hawaïenne façon Lady Gaga, et l'autre il n'arrive plus à penser tellement il a jamais baisé vécu un truc pareil...

 

Donc, on se retrouve à Tours... mais c'est pas vraiment l'ambiance Chateaux de la Loire si vous voyez le truc... En gros, c'est un HLM pourri rempli de mères célibataires dépressives au bord d'une voie ferrée...

 

Et Benoît se semble pas plus embêté que ça, lui qui vient des vertes vallées des Vosges....

 

Sabrina a invité des souffres douleurs amis. Ils préparent donc la soirée en tartinant des trucs dégueu sur des trucs dégueu (paté en croute industriel, jambon au tartare et compagnie, on imagine le tout arrosé de mousseux tiède...où est le sac à vomi??), Sabrina râle parce que sa copine s'est trompée de chemin avec son GPS..

 

C'est la première fois qu'elles se voient ou bien? C'est une copine qu'elle a loué pour la soirée?

 

La copine finit par débouler et hop, tout le monde sur le clic clac dégueu à bouffer des trucs dégueu, arrosés de trucs dégueu...

 

Sabrina a fait une tarte dans ta gueule tatin pour l'occasion... hélàs, c'est râté.

 

Au lieu d'en rire, elle en fait une tragédie grecque en 123 actes, sa copine rigole, c'est la goutte d'eau. Sabrina part fumer des clopes dans la rue. Benoît court derrière comme un chien et la séance de psy au rabais avec trois mots de vocabulaire peut commencer.

 

"nan, mais jte jure, elle m'a trop vénere!" ETC...

 

Finalement, ils remontent et la soirée continue.

 

Pour leur voyage en "namoureux", nos tourtereaux vont au Pays Basque... une sorte de Vosges mais plus au sud... mais avec la même teinte verte, les mêmes montagnes et surtout le même bon vieux temps tout pourri.

 

Ils logent dans une auberge de luxe que Sabrina juge "vieillote"... la machine à briser les couilles est en marche et elle n'est pas prête de s'arrêter pusique ça se poursuit à l'accrobranche où on frôle la crise de nerfs pour cause d'altitude... la coupe de champagne amoureusement préparée par Benoît n'y changera rien.

 

 

Barbapapa et Barbamama

 

Et puis, il y a nos barbapapas... Sylvain et Valérie.

 

Sylvain se rend chez Valérie qui occupe une abominable charmante maison affreusement curieusement agencée... on accède par l'arrière, par une véranda pourrie étonnante, et la maison est en pleine campagne mais on se croirait dans une banlieue pourrie toute en hauteur.

 

Là, ça se bisouille mais c'est peu de le dire et de l'écrire. Il faut bien s'imaginer qu'à chaque fois qu'ils déglutissent, ils se font un bisou!!! Comme ils sont affreux ne sont pas bien beaux, faut dire ce qui est, ça t'oblige à regarder ailleurs 3 bonnes secondes, histoire d'éviter de voir ce fourrage de langue, tout ça au milieu des poils du bouc de Sylvain et des dents jaunes de la damoiselle....

 

Elle lui fait découvrir son "univers" fait de grosses boules de bowling. Très très intéressant.

 

Et puis, zou, direction la Provence.

 

Là, on voit bien que l'activité principale c'est niquer comme des lapins se reposer... et faire du gras bouffer. La seule activité est une promenade en cheval, c'est un peu l'aventure, on ne sait pas bien qui monte sur qui, mais nos tourtereaux n'ont pas franchement l'air emballé... Ils retournent vite dans la chambre...

 

 

Slip coq et cheveux gras

 

Et puis on retrouve le Jean-Claude national.

 

Il quitte la Seine-Maritime pour Le creusot.

 

Le mec qu'à pas de bol quand même.

 

Au Creusot, Maud l'attend, le regard coquin, le cheveu gras.

 

Direction l'appartement de Maud, un grand machin tout vide où quand tu parles ça fait un écho style "je suis aux toilettes"... Très sympa. Il y a autant de meubles que de cheveux propres sur la tête de Maud... c'est donc particulièrement limité. Les 3 gnafrons de 12 pères différents sont tellement heureux de voir un homme s'approcher de leur mère qu'ils préparent un flan Alsa. Ouais, on a drôlement le sens de la fête au Creusot.

 

Après, y'a un vague resto où les gamins hurlent.

 

Insupportable.

 

Puis direction, Cannes, mais au bord d'un lac... J'ai pas tout compris. Ils bouffent au bord de l'eau. Jean-Claude qui essaie de se motiver le popol (Maud est son 12e choix), lui fait du pied mais Maud n'apprécie pas du tout du tout du tout... Elle veut des mots d'amour.

 

Ils se retrouvent sur un bateau pourri, Maud n'a pas peur du ridicule, elle veut sa scène à la Titanic...

 

Des fois, on aimerait qu'ils aillent au bout du concept, le bateau qui coule, tout ça...

 

Mais non, ça va continuer!!!!

 

Repost 0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 19:00

2032280737_a578c18402.jpg

 

Coucou vous!

 

Pour le précédent billet, on m'a dit que mes lignes transpiraient la lassitude...

 

Ben , c'est pas faux! On va dire que cette saison traîne définitivement trop en longueur.

 

Pourtant, lundi dernier, il y a eu quelques moments de grâce...

 

On commence avec Fabien-Rantanplan-wouaf-wouaf en Meurthe-et-Moselle...

 

Fabien a choisi sa prétendante sauf que celle qui est rejetée ne veut pas partir.

 

Elle est du genre collante voyez-vous... même gluante.

 

Un beau morpion boulet de compet' en somme.

 

La mère du cow-boy périmé l'accueille à la maison et l'autre d'en rajouter du genre que c'est sa seconde famille tout ça... Au bout de 2 jours.

 

Normal.

 

Dans les yeux de tout le monde, tu lis "MAIS CASSE TOI CONNASSE" et elle, elle lit "ON TE KIFFE TROP : RESTE!!!"

 

Elle aimerait bien se taper un mec comme Fabien mais appremment personne ne se dévoue...

 

On se demande pourquoi.

 

Tant de gras grâce, de grossiereté finesse et de vulgarité d'élégance dans ce petit corps lourd fragile et mugissant palpitant de désir.

 

La malheureuse est tellement touchée par l'hospitalité de la mère de Fabien, qu'elle décide de leur offrir une chorégraphie "apprise en club en Italie"... 

 

Elle branche un ordi qui crachote un son pourri et commence son pestacle...

 

C'est difficile de décrire avec des mots ce que l'on voit à l'écran.

 

Elle gigote sur une chanson lascive et elle mime des fessées du genre "prends ça salope" tout ça devant les parents du Fabien, le gigot du dimanche tout ça.

 

Je crois même avoir surpris le gigot en train de rigoler.

 

Une fois, qu'elle a léché tous les murs et qu'elle s'est frottée au pilier de l'entrée, elle revient s'asseoir toute contente de sa prestation.

 

Et tout le monde applaudit.

 

Cro mignon, le petit pestacle où la Madame elle mime des trucs de cul...

 

Après, nous assistons impuissants à un tour en calèche où la prétendante refoulée s'accroche une fois de plus à l'arrière... Un vrai morpion, j'vous dis! Un petit tour en calèche dans la belle campagne de Meurthe-et-Moselle... ça flinguerait le moral d'un GO du Club Med, mais là, tout le monde fait abstraction et ça se passe... C'est moche, comme la maison du Fabien, comme les fringues du Fabien, comme les copains de Fabien... C'est raccord, on est dans le caca et on est presque rassuré par toute cette médiocrité grisonnante...

 

...

 

Dans cette émission, il faudra attendre d'arriver dans le Lot pour voir poindre une larme de glamour, c'est dire le niveau glamouresque du bouzin...

 

Donc, oui, Nina est toujours dans le Lot. Toujours en bottine en daim en train de s'occuper des vaches... Le Philou, on voit bien qu'il l'aime bien mais qu'il se demande ce que cette créature de boîte de nuit fait là dans son lit le Lot, au milieu des vaches...

 

Et nous aussi...

 

Mais j'ai quand même envie de la croire la Nina. Oui, elle est peut-être sincère malgré son maquillage en croute de sel, ses lèvres glossy-rosy-pulpy et ses tenues de petite chatte parisienne égarée chez les ploucs...

 

Philou l'emmène à Rocamadour, où Nina n'arrête pas de dire " ah ouais c'est beau"... Avec Nina, c'est génial parce que tout est BEAU/BON. Ce sont deux mots de vocabulaire qu'elle maîtrise parfaitement alors elle en use et en abuse...

 

...

 

Et puis, nous retrouvons avec un plaisir non dissimulé notre Jean-Mimi national!

 

Les deux prétendantes se dépêchent de faire leur valise avant que Jean-Michel sorte la tronçonneuse insiste encore lourdement...

 

La Nathalie joue encore à la fille touchée/émue mais on se demande si elle ne fait pas ça parce qu'elle veut juste sortir vivante de chez Jean-Michel...

 

Le Jean-Michel sauve la face malgré l'émotion qui le submerge.

 

Il y a cru à la folle nuit dans les bras de Nathalie...

 

Et il va devoir retrouver les bras raides des vaches...

 

Dur dur...

 

A la fin de l'émission, pour appâter le téléspectateur un poil blasé, M6 ,nous montre un extrait de la semaine prochaine où Jean-Mimi déboule devant la porte d'entrée, une chèvre dans les bras en hurlant "NATAHLIE" Enfin dans la bouche de Jean-Mimi, ça donne plutôt  "MEEENTALI, MEENTALIIIIII"

 

Ouais, je sais, ça fait drôlement peur...

 

...

 

On retrouve également nos amis les Barbapapas : Sylvain et sa prétendante.

 

Là, comme chez Fabien, le glamour s'est fait la malle depuis belle lurette...

 

Tout le monde se fringue chez Emmaus, tout le monde bouffe des plats en sauce drolement dégueu, tout le monde se meuble chez But et tout le monde se fait massacrer coiffer chez "Maeva Coif'"...

 

Sylvain décide d'organiser une soirée familiale pour présenter sa prétendante... cette dernière, serveuse de son état, décide d'épatter la galerie avec une présentation de plats et de table digne des plus grands noms de la gastronomie de gare...

 

Vas-y que je te plie la serviette comme au PMU et vas-y que je fasse une farandole de saucifflard avec deux cornichons qui se font un 69...

 

Bref, très classe quoi.

 

Pour bien nous rappeller le thème de la soirée ("plouquerie et mauvais goût", c'est bien ça?), voici la soeur du Fabien... sorte de cobaye pour la recherche capillaire... Elle porte haut une improbable coiffure ou des mèches raides/frisotées font une farandole de 1000 couleurs... Même ma télé avait du mal à afficher les couleurs tellement c'était glossy-gerby-trashy...

 

Enfin, bref, tout le monde est très heureux à bouffer de la merde dans un salon de merde... ça glousse, ça ricane...

 

Elle est belle la France, tiens!

 

...

 

Et puis, dans un style plus glamour mais complètement névrosé, nous avons Alexis.

 

Alexis, le passionné de trial qui a embarqué nos deux quadra au fin fond de l'Aube pour le voir faire vroom vroom sur trois cailloux...

 

Evidemment, ça ne râte pas : une des prétendantes a juste envie de se casser histoire de passer deux jours de vacances avec d'autres personnes que deux névrosés de la nouille qui font des grandes phrases creuses en se tenant la main et en fixant l'horizon...

 

Ouais, c'est un peu ambiance "Secte" chez Alexis. Mais une secte où tout le monde aurait 15 ans dans sa tête et où tu dis des trucs du genre : "tu es une belle personne, crois-moi, tu vois la vie, pffffff, c'est tellement, waouw quoi, pfffffff, c'est fou et tellement sérieux à la fois, tu vois, c'est comme si cette hirondelle faisait l'amour à un chamoix, tout ça dans l'océan, hihihi, tu vois, c'est waouw, pffffffff, wizzz"...

 

Ouais, chez Alexis, les dames en blouse blanche sont pas loin...

 

Donc, une des prétendantes, qui est prof de yoga commence à avoir des bouffées d'angoisse de rester là, entre deux pins à mater un quadra grisonnant sur une pétrolette qui tente de se hisser sur un talus pourri...

 

Oui, Alexis a réussi à stresser une prof de yoga.

 

Tu vois le niveau du mec.

 

C'est à dire que même moi à travers l'écran il me file une crise d'angoisse.

 

Enfin bref, la prétendante finit par partir après des moments interminables où tout le monde se dit plein de truc à base de "waouw, pfff, c'est dingue, c'est mmmm, comment dire, tu vois hein?"... On est soulagé pour elle.

 

Celle qui reste a l'air encore bien décidé à ne pas perdre sa soirée. Elle veut se faire picorer la galette bretonne, alors c'est parti pour le déclenchement du plan machiavélique :

 

1- l'humour

"Tu sais les bonobos, ils se grimpent dessus pour régler les problèmes!"

 

Là, Alexis rigole puis repart, direction les problèmes existentiels avec tout plein de problèmes d'existence dedans...

 

2- la provocation

"Tu sais, moi, je dis tout le temps oui"

 

Là, Alexis rigole puis repart, direction les problèmes existentiels avec tout plein de problèmes d'existence dedans...

 

3- le mystère

"..." silence...

 

Là Alexis, souffle et parle de la prétendante qui est partie en courant le matin même...

 

Finalement, le lendemain, la prétendante part et réalise soudain, qu'Alexis, c'est juste un gros plan galère.

 

Une fois qu'elle a réalisé le truc, elle est libérée et repart souriante...

Repost 0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 11:04

248040090_870c04acb8.jpg

 

Salut vous!

 

Bon, fidèle au poste, malgré M6 qui fait traîner le programme en longueur...

 

L'amour est dans le pré de mon frère

 

On commence par Didier celui qui cultive des vignes à melon.

 

On sait depuis 12 épisodes que c'est mort de chez mort pour lui.

 

Si Didier choisit aussi bien ses melons que ses prétendantes, il doit en bouffer du melon chelou qui sent la flotte...

 

Marie est Palme d'or du casse-burnage, Aurora ne pense qu'à se casser à Paris tellement elle n'en peut plus...

 

Et pourtant M6 arrive à nous servir des dizaines de minute entièrement consacrées à la fin foireuse d'un plan foireux...

 

Donc Marie, légèrement énervée, passe en Force 12 de cassage de burne...

 

Même, comme un con, devant ta télé, t'as envie de lui hurler dessus : "Mais ta gueule, putain!!!!"

 

C'est dire...

 

En plus, vu que c'est mort avec le Didier, elle tente de draguer le frère.

 

Et il dit pas non le frero.

 

Classe.

 

Et vive la famille.

 

A un moment, Didier veut leur faire l'honneur de donner le coup d'envoi d'un match de rugby...

 

Elles ne comprennent pas bien l'idée alors il explique :

 

"C'est un honneur de donner le coup d'envoi, des fois on demande à des handicapés de donner le coup d'envoi"...

 

Didier à la diplomatie d'un melon.

 

Aurora ne comprend pas bien le lien... enfin elle s'exécute... alors que Marie commence à pinailler sur la façon d'envoyer le bouzin...

 

A la fin, on ne sait pas bien pourquoi, les prétendantes se retrouvent au milieu des rugbymens à poil dans le vestiaire... M6 floutte tout ce qui bouge...

 

Oui parceque du zob, y'en a par paquet de 12...

 

Marie et Aurora semblent plutôt heureuses...

 

On se demande bien comment tout ça va finir, tournante, partouze gang-bang, tout ça avé l'accent et l'haleine de cassoulet s'il vous plait...

 

Bref, notre attention renaît un peu!

 

En fait, ça fini surtout chez Didier avec un gang-bang d'ambiance de merde...

 

Après une soirée au restaurant glauquissime où Marie se plaint du froid et Aurora mange des frites en machant la bouche ouverte, Didier raccompagne tout le monde à la gare...

 

Il essaye de tendre des perches à Aurora du genre "jmonte avec toi dans le train"...

 

Aurora ricane bêtement... message qui veut juste dire "lâche moi connard"... pour ceux qui savent comprendre le doux langage des femmes...

 

 

L'amour est dans le train qui fait 900 bornes en 156 heures

 

Sinon, hier soir, y'avait aussi Céline, notre éleveuse de brebis.

 

Ca se bécote sec depuis que le maçon portugais a fini la maison est parti.

 

Mais le prétendant-cheminot est lourdingue...

 

Il veut tout faire bien pour plaire à sa bêêêêlle (c'est l'effet brebis) et surtout il copine avec ses parents alors qu'ils ont l'air drôlement relous...

 

Laurent en fait juste TROP.

 

Et quand t'en fais trop , ben c'est LOUCHE.

 

Le père a le regard perdu dans son assiette, la mère picole... c'est pas chonchon au pays de la biquette.

 

Finalement, il repart à la gare pour 900 km de bonheur avec ses copains controleurs de la SNCF qui sentent si bon sous les bras...

 

900km qu'il risque de tout bien connaître par coeur s'il veut poursuivre avec Céline...


 

L'amour est dans le second choix

 

Nous avons également suivi le fabuleux destin de Jean-Claude de Seine-Maritime.

 

Jean-Claude inaugure pour la soirée le syndrôme "jme tape mon second choix, alors j'ai les boules"... syndrôme assez courant dans l'Amour est dans le pré...

 

Nos agriculteurs ont du tirer les leçons des éditions précédentes... ils ne veulent surtout pas repartir seuls parce qu'ils ont mal géré le second choix...

 

Donc le Jean-Claude fait des bisous à Maud tout en regardant du coin de l'oeil ce que fait l'autre.

 

Charming.

 

La Maud ne prend tout ça finalement pas si mal...

 

Au moment où Bénédicte part, le Jean-Claude est tout fébrile et tente tout sous les sourires de Maud.

 

Naïve? Cruche? Les deux?

 

Sur le trajet où Jean-Claude amène Maud à la gare, celle-ci se déchaîne "hein que tu m'aimes? Hein que je pourrais m'installer avec mes trois enfants chez toi??"...

 

La réponse du Jean-Claude se traduit par une poussée sur la pédale d'accélérateur...


 

L'amour est dans la prétendante d'à côté

 

Dans le Maine-et-Loire, Matthieu tape dans la baballe pendant que les prétendantes lui refont le portrait au bord du terrain. Très mauvaise idée.

 

Matthieu pense s'en sortir en éliminant la plus véhémente et en annonçant à l'autre que "oui, c'est incroyable la chance que tu as, mais oui, c'est TOI, l'élue..."

 

En fait, l'autre, elle lui explique surtout qu'elle ne veut pas le voir chez elle because il ne l'intéresse pas. Point barre. Laisse moi tranquille. Ciao. Rejoint tes potes en tenue ridicule pour taper la baballe... etc...

 

Il ramène tout ce beau monde à la gare... où les filles frôlent la crise d'angoisse à l'idée de se quitter... Mathieu reste planté comme une andouille avec la sensation d'avoir râté un truc.

 

 

L'amour est dans l'évier

 

Enfin, du côté de la Bretagne, le syndrôme "jme tape mon second choix alors j'ai les boules" est également bien là. Dès le ptit déj, le Loïc fait part à la Véro de sa grande tristesse de voir partir Marie... La Véro encaisse l'air de rien, elle en rajoute même du genre qu'elle aussi , elle est drôlement soulagée triste... Pour se survendre comme fée du logis, elle passe la matinée la tête dans l'évier pour décrasser le bouzin...

 

Le Loïc tente d'expliquer maladroitement tout au long de la journée que "bon, Véro elle est bien sympa mais Marie c'était autre chose, enfin, c'est pas grave, du moment que, enfin bref jme comprends...".

 

Pendant ce temps, Véro récurre tous les éviers de la maison du Loïc qui n' ont pas connu de coup d'éponge depuis 1925...

 

Il finit par raccompagner la Véro au train.

 

Les bactéries de la maison de Loïc soufflent.

 

Et nous, on va se coucher!

 

Ouf!

Repost 0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 10:03

470452693_af299f730e.jpg

 

Coucou et bienvenue pour ce résumé à la tronçonneuse...

 

Pour commencer : Nina et Philippe...

 

Dans le sud-ouest, la Beyoncé parisienne est étrangement très à l'aise.

 

Elle fait de la moto avec son Philou en hurlant prendre son pied (enfin?).

 

Elle fait enfin du dada avec son Philou en gloussant...

 

Elle se retrouve à faire la chenille à une table d'amis avinés qui déclarent à la caméra ne pas sentir trop ce couple.

 

Bref, tout est drôlement chelou mais pour l'instant le "cassoulet spirit" a l'air de fonctionner avec le "Beyoncé au rabais spirit"...

 

On assiste à une improbable séance de peinture maquillage où elle sort une pallette aux mille couleurs... un peu de rouge, une pointe de bleu, un chouilla de vert... le cassoulet a intérêt à bien s'accrocher, ça va tanguer niveau couleurs...

 

...

 

Sinon, on a aussi de l'Amoooour du côté de la Meurthe-et-Moselle...

 

Fabien a même passé la nuit avec sa prétendante.

 

Ca n'empêche pas l'autre de rester et de tout tenter pour se taper du copain de Fabien. Elle tente les vestiaires de foot en gloussant, les soirées poker-bière et la discothèque glauque du coin.

 

Elle se baladerait avec un panneau 4x3 "SAUTEZ-MOI", ça serait plus discret...

 

Et vous savez quoi?

 

Le pire, c'est qu'elle n'a toujours pas vu un seul loup de Meurthe-et-Moselle...

 

C'est frustrant, merde!

 

La mère du Fabien est un peu effarée de voir qu'elle ne dégage pas le plancher pour laisser nos deux tourtereaux roucouler alors elle lui propose de venir dormir chez elle ou comment dire en douce : "MAIS BARRE TOI POV CONNE, TU VOIS PAS QUE TU GENES!!!"

 

Et l'autre, vous savez quoi?

 

Elle accepte.

 

C'est plus "l'amour est dans le pré", c'est "adoptez moi, chu gentille, chu collante mais jprends pas de place"

 

...

 

Du côté du Raymond-qu'on-pane-nada-à-ce-qu'il-raconte, c'est pas chonchon.

 

Disons qu'à part les bovidés, Raymond n'est pas passionné par grands choses.

 

Il ne pose aucune question à ses prétendantes et montre la tendresse d'un taureau adolescent et geek... Si si, ça existe.

 

Les prétendantes ne cachent plus leur désarroi. Ca fait "oin oin" et "snif snif" entre les "meuh meuh" des vaches. Bonjour le mal de crâne que tu te payes avec cette émission...

 

Du coup, le Raymond il décide de renvoyer chez elles les damoiselles.

 

Toujours avec le tact du famous taureau geek.

 

Allez, hop, toi tu dégages, direction la gare!

 

En rentrant, on se souvient de la malheureuse fille du Raymond qui avait organisé la fiesta de l'année pour les prétendantes. S'en suit donc une douloureuse scène où fillette et Papa donnent du "oin oin"-"snif snif" au milieu de la bande habituelle d'avinés du sud-ouest qui ne pense qu'à faire la chouille.

 

...

 

Du côté de Karine... ça sent le crotin de cheval. Mais drôlement fort le crotin!

 

Le Raphael qui sent l'Actors Studio à 2 mètres... surjoue le mec amoureux tout en appellant la fille qu'il avait branché la veille en boîte...

 

Karine fait tout pour qu'il dégage surtout au niveau vestimentaire puisque même le pire de ses poneys est mieux habillé qu'elle.

 

Un ptit tour chez môman histoire de faire une psychanalyse de groupe sur le canap du salon.

 

Et Karine dit ciao bello au Raphael qu'est définitvement tout bizarre de la tête...

Repost 0

Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives