Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 13:13

4039625846_a9642535a0.jpg

 

Hier soir, c'était le retour de l'Amour est dans le pré.

 

Et qui dit Amour est dans le pré version 2013, dit Jean-Louis.

 

Jean-Louis, c'est le Thierry de 2013.

 

Avec sa gueule de feuille morte, Jean-Louis est un poète moderne et Abigail (ou un truc du genre) est sa muse. On a très envie de refiler jean-Louis à Christina, la mannequin bresilienne de "nouveau look pour une nouvelle vie"... l'émission qui suit l'Amour est dans le pré. Parce que Jean-Louis pourrait mobiliser une armée de coiffeurs, stylistes, esthéticiennes et surtout DENTISTE !

 

Mais Abigail, c'est comme si elle ne voyait rien. Ou plutôt si, elle voit la beauté drôlement intérieure du Jean-Louis ("j'ai la chiasse" qu'il précise en faisant du ski, donc pour la beauté intérieure c'était manifestement pas le bon jour)...

 

Au restaurant, Jean-Louis nous pond en direct la page wikipedia du genepi et Abigail manque de s'évanouir d'émotion émotionnante car elle a fait un edelweiss au crochet pendant qu'elle regardait le portrait de Jean-Louis à la télé. Oui, je sais, j'ai râté une étape entre le genepi et l'edelweiss mais en tout cas, c'est drôlement mystique la relation Jean-Louis-Abigail.

 

...

 

Sinon, en beaucoup moins mystique, y'a Thomas, l'éleveur de dadas en baie de Somme. Notre ami a fait venir deux bombasses chez lui et pourtant ça ne lui convient pas. Il faut dire qu'à part ses dadas, on se demande ce qui l'excite le Thomas. Après des heures de harcèlement ("dis, tu me dis si tu m'aimes?"), la Pauline parvient à se prendre un joli rateau motivé par Thomas avec cette raison hallucinante : "on n'a pas la même version du cheval".

 

Bon, c'est sacrément chelou chez Thomas. Pauline commence à envisager la zoophilie de Thomas, ce qui donne : "tu ne pourras jamais rien faire avec une personne humaine"... Pourquoi? Pas humaine, y'aurais moyen?

 

...

 

Bon, sinon, dans le rayon "kikou lol", y'a Sophie aussi. Aussi bavarde que son pull est moche et rouge, Sophie a choisi le prétendant qui avait des cheveux. Dommage, c'est le plus over booké et il doit partir pour bosser. Pour la dernière soirée avec lui, elle enfile donc la tenue de fête dans la Loire : l'immonde pull rouge difforme, les lunettes quintuple foyers et les chaussons tatane/chaussettes blanches.

 

L'autre (sans cheveux donc) reste pour "construire une belle amitié". Une belle amitié à 1000 km de distance et après s'être vu une fois dans sa vie, je veux voir mais why not. Donc la Sophie qu'est à moitié muette passe de grands moments silencieux avec le chauve qui essaie de la dérider. Il l'emmène au resto et Sophie baille. Et nous avec!

 

...

 

Du côté de Didier, c'est ambiance repas de famille du sud-ouest. Une des prétendantes sent que c'est le moment de se démarquer. Elle décide donc de décorer la table familiale à coup  de petits lapins roses et de bouts de jesépabienkoicheloupâbo... Quand belle-maman se pointe, elle hululle que la personne qui a massacré décoré la table a drôlement de goût.

 

Après, j'ai pas bien suivi mais ils sont tous sorti de table à 18h30, la panse pleine de canards et finalement Didier choisi la prétendante au goût fort délicat. Son fils s'appelle Dylan, c'est d'ailleurs signe de grand raffinement.

 

Bon, allez, c'est pas fin mais c'est mignon. Monstrueusement mignon quoi!

 

...

 

Bon, sinon, y'a du Fifi tout triste. M6, dans sa grande mansuétude, nous repasse l'extrait où Fifi tentait d'exciter la maisonnée en se trimbalant avec le service trois pièces à l'air devant les glapissements outrés de ses prétendantes. Donc, pour Fifi, ça ne marche pas du tout. Filmées au réveil à deux centimètres de la tronche, les prétendantes font la gueule. C'est pas bien joli quoi.

 

 

...

 

 

Je sais, j'ai tout regardé. La suite demain ;o)

Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 16:55

 

4983257389_15771abea0.jpg

 

Oui, je sais, je suis très à la bourre. Mais figurez-vous que j'ai réussi à entrevoir les derniers épisodes... et que c'était bon!!!

 

En fait, j'ai compris un truc avec l'amour est dans le pré. Au début, c'est drôlement chiant. Tout le monde joue au mec ou à la fille parfaite. A l'agricuteur moderne et débrouillard d'un côté. A la prétendante sympa et énamourée de l'autre. Et en fait, au bout de deux ou trois épisodes, tout le monde se lâche. Les agriculteurs deviennent odieux, les prétendantes montrent leur côté hystérique.

 

 

Bref, c'est MAINTENANT que ça devient intéressant.

 

Du côté de Audrey, la savoyarde, qui habite une maison qui me fout une déprime express un 19 août, c'est dire le niveau, elle a choisi! C'est le petit blond tout propre qui l'emporte sur le grand blond un peu sale.

 

Une victoire de l'hygiène bien sûr, mais aussi une sévère défaite pour le babos au regard qui sent bon le chichon et au pull qui sent le fromage de chèvre... Audrey et le petit blond vont très bien ensemble. Discret, timide, tout gentil. Bon, ça manque un peu de poil, de sueur et de tension sexuelle mais bon, on va pas s'emballer. Y'en a bien d'autres pour ça, non?

 

Ah non?

 

Bon, c'est sur que c'est pas du côté du Philippe que ça va faire la fête du slip.

 

Philippe, c'est le bon gars qui fait de la country en Chawente-mawitime (avec l'accent cow boy qui va bien). Bon, ben Philippe, au lieu de repartir avec une prétendante, il va surtout repartir de l'émission avec une bonne dépression. Les deux prétendantes lui font la leçon en lui disant que c'est rien qu'un GROS gamin immature... Le pauvre Philippe quitte même le restaurant en plein dîner en faisant bouh bouh... C'est émouvant mais que fait-il dans cette galère???

 

Et puis les prétendantes n'avaient pas vu le truc venir. Ca m'étonne toujours les filles qui, au speed dating, sont à moitié en train de s'évanouir because elle voit le Philippe de l'Amour qu'il est dans pré en vrai... Et puis, une fois à la ferme, sur le clic clac du Philippe et sous le néon qui fait bzzz, ça fait la gueule et ça pinaille...

 

...

 

Sinon, y'a du Nicolas aussi. Toujours avec son problème de dents (over) bizarres. Enfin, ça ne l'empêche pas de virer la petite bretonne mimi et sympa (Pauline) pour choisir une fille qui ne pipe mot. C'est affreux parce qu'on sent bien que c'est irrationnel ce choix. Au moment du premier resto, quand la fille qui ne pipe mot commence à parler... on perçoit la déception du Nicolas à l'écran. C'est affreux. On a mal pour lui. Mais c'est fait. Dommage.

 

...

 

Dans la série "trop lol et pourtant ça va mal tourner on le sent pas bien", y'a Damien. Le Damien. Rien à dire. Il est fort gentil. Et déjà amoureux de sa prétendante. Seulement l'autre est du genre revêche. A 25 ans, ça promet pour la suite. En même temps, elle ne dit rien alors qu'elle vit une expérience traumatisante : un déjeuner de famille un jour de novembre sur le plateau de Langres. Avec des têtes de biche accrochées au mur le déjeuner. Avec une famille où le bide/rire gras pour les garçons et le cheveu coloré au crayon de couleur pour les filles est de mise! Enfin, ces gens sont "simples" comme l'avoue la soeurette. Du coup, on trouve ça presque mignon. Mais c'est vrai que le coup de la tête de biche accrochée au mur en 2013, ça pose des questions...

 

...

 

Bon, sinon, y'a Didier, sosie officiel de monsieur Patate. Bon, lui, c'est pas bien intéressant. On le mate à poil en train de se faire masser. Bon, c'est sûr que y'a des trucs plus sexy à regarder... (quoi me direz-vous?...)

 

...

 

Gilles, j'ai pas trop suivi. Un psychodrame avec des bouts de Patrick Sébastien, de chaussettes blanches et de couleurs de cheveux fait avec du canard WC... C'est pas chonchon du tout...

 

...

 

Le truc qui j'ai adoré, c'est le Jean-Noël. Lui, a tiré le gros lot. Une vieille (de son âge) qui déblatère sur la jeune et qui utilise les coups les plus bas pour la décridibiliser. On se demande si elles sont au courant que ça va être filmé??? Le tournage est abrégé. C'est dire l'ambiance. Y'en a une qui va finir découpée dans la poubelle, c'est pas possible.

 

Bon, ce soir, j'en serai de la fête de l'agriculture télévisuelle...

 

Repost 0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 17:03

8116993823_056cdabc2d.jpg

 

Coucou.

 

Oui.

 

Je sais.

 

J'ai comme un GROS passage à vide. Surtout que l'Amour qu'il est dans le pré bat son plein.

 

Cette année, comment dire, j'ai vu des bouts (d'émission), des passages furtifs, aussi, je vous propose un medley (TRES) partiel et toujours partial.

 

On demarre avec une dame pas très portée sur la crème anti-rides qui s'appelle Françoise.

 

Elle, son truc, c'est les chevaux. Et comme souvent pour les toqués de dada, c'est une espèce de passion dévorante et galopante qui te sort assez rapidement par les trous de nez.

 

Surtout que là, la Françoise elle a deux prétendants, dont l'un qui a une dégaine de femme qui se serait fait opérer pour devenir un homme (non, mais sérieux, y'a que moi qui voit ça ou bien???)... Bref, ce que j'ai retenu : la Françoise est super relou avec ses poneys qui puent de la gueule et les prétendants ont du mal à se faire une place.

 

...

 

Sinon, y'a du gros bide cette année. Y'en a même toute une série dont un certain Didier qui a une tête qui me fait penser à un truc mais je ne sais plus bien quoi (aidez-moi bordel!)... Il récupère deux dames dont l'une qui fait du 180 W en soutien-gorge mais comme lui doit faire du 3m80 en tour de hanche, ça pourrait coller! J'ai vaguement vu une sortie dans une grotte (métaphore métaphore...) ou la dame en question hululle dès qu'elle voit une stalactite en forme de bite. Bref, y'en a qui ont faim. Tant mieux, c'est peut être bientôt l'heure de manger!

 

D'ailleurs pour parler choses qui mettent en appetit, il me semble que Didier lave sa douche à la brosse à chiotte... mais peut-être je confonds... je ne suis pas très attentif. En tout cas, c'est à noter. Si vous voulez que votre douche exhale les parfums les plus enfouis de vos toilettes, prenez l'idée. C'est pas bête, hein?

 

...

 

Sinon, dans la série "kikou lol", y'a Audrey. Elle habite un de ces endroits qui me foutent le bourdon : un fond de vallée de montagne avec de la neige fondue et des maisons pas belles... Pour ne pas sombrer dans la dépression que t'inspire ce lieu pas franchement riant, Audrey se noit dans le boulot. Sauf qu'en plus de s'occuper de centaines de moutons tous plus teubés les uns que les autres, elle bosse aussi à la station de ski. Du coup, les deux prétendants se tapent une journée de ski en tête à tête avec les... parents d'Audrey.

 

Ouais, ça sent moyen le plan à trois avec les mouflons qui matent chez Audrey...

 

Et puis, les prétendants... Audrey a le choix entre un prétendant à barbiche complètement babifié de la touffe (qui sent le chichon à travers l'écran de télé) et un minet tout propre (qui sent le savon à travers l'écran). Bref, je suis curieux de voir la suite...

 

...

 

Sinon, y'a aussi une thématique spéciale cette année : les DENTS.

 

Beaucoup sont en procès avec leur dentiste, notamment Fifi (tu vois les créneaux d'un chateau fort, et ben voilà, c'est sa bouche), Jean-Louis (si seulement y'avait que les dents me direz-vous... ben oui, je sais...) ou Nicolas (le beau gosse, intérimaire chez Orangina au poste de décapsuleur humain)...

 

On a aussi un mec très sympa qui s'appelle Philippe... Et bien Philippe est fan de country. Et au cas où tu ne l'aurais pas compris TOUT tourne autour de cette passion qui sent bon la salle polyvalente de Saint Fouillis les deux Crottillons, un lundi soir de semaine. Vêtements, musique, soirée... Philippe aime la Country on te dit!!!!

 

...

 

Bon, j'essaie d'être plus complet la prochaine fois!

Repost 0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 11:25

2724817752_233bd0511e.jpg

 

Je ne pouvais quand même pas ne pas conclure cette saison 2012...

 

J'ai donc réussi à voir une partie de ce que l'on appelle "le bilan"... je dirais plutôt dépôt de bilan ou biloose ou bi-lent mais bref...

 

On commence par le meilleur : le Thierry.

 

Le Thierry a réussi le pari de nous attendrir à coup de fautes de français grosses comme son gros ventre... Il nous la joue Indien dans la ville quand il raconte sa venue à Paris... (Karine Lemarchand nous la joue "cro mignon"..........). En tout cas, Annie a mis le paquet pour le bilan. Exit les pulls troués. Bonjour les petites tenues printanières... En revanche, toujours pas de conseiller image pour Thierry qui tout naturellement est venu en marcel trop petit...

 

Donc, ces deux-là se marient, s'aiment... C'est presque beau.

 

Enfin, ça passe quand Thierry ne parle pas.

 

Et quand il est derrière un arbre aussi.

 

Karine Lemarchand fait du Karine Lemarchand à coup de regard embué et de minaudages surjoués... Elle n'en pense pas moins mais nous vend le côté magique de cette histoire d'amour qui sent l'haleine de calva et le pet de livarot... On s'attend à ce qu'elle soit à nouveau prise au piège du" tu ne veux pas être notre témoin" et qu'elle doive faire semblant d'être hyper émue (technique du fixage d'ampoule sans sourciller mais en plein air, c'est dur)... et puis finalement, trop dommage, ce jour-là, pile poil, elle a piscine/tennis/rdv chez le docteur...

 

...

 

Nous retrouvons également Jeanne qui arrive à paraître finalement plutôt sympa.

 

Elle a dégagé le Lucien qui était trop triste pour cette forte femme qui est kiné/agricultrice.

 

Bref, malgré un berlingot en berne, elle croque la vie... tant mieux!

 

...

 

Puis, nous voyons Bruno et Annie. Ces deux-là s'aiment mais apparement pas pour longtemps...

 

...

 

Il y a aussi les amoureux du Gers qui passent leur temps à se bécoter et à parler : emménagement/mariage/bébé/baptême/crèche/t'as descendu les poubelles?/ arrête, tu ressembles à ta mère/tu pourrais pas rabaisser la lunette des toilettes..................

 

...

 

On a aussi Bertrand... mais j'ai pas suivi...

 

...

 

Les jumeaux... incroyablement chiants... Léa a été dégagée because trop jalouse. Et oui, derrière son air autiste, elle était juste chiante!

 

...

 

C'est tout?

 

A bientôt pour de nouvelles aventures à base de ouin ouin et de boom boom dans le mur...

Repost 0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 13:43

1009647628_d15b749f1b.jpg

 

Au milieu du bordel général que je vis actuellement... j'ai réussi à voir des bouts d'Amour est dans le pré...

 

J'ai vu un Thierry qui s'est rendu à la Capitale!

 

Comme on dit, la vérité sort de la bouche des enfants et Jo' a pour la première fois commenté L'Amour est dans le pré (elle va bientôt me remplacer because, moi j'en ai un peu ras le bol). Et en voyant Thierry, Jo' s'est écriée :

 

CHON ! CHON ! CHON !

 

Ce qui signifie en langage Jo' = CO-CHON (les trois petits "chons", la maison en paille, le loup et tout le bordel)

 

Donc, voilà, Jo' a pris Thierry pour un vieux chon et c'est vrai que visuellement/physiquement tout ça, ben c'est pô faux!

 

 

Donc la séquence avec le Thierry, ben on dirait un extrait des "Visiteurs"... Thierry a les yeux qui sortent des orbites devant tout ce qu'il voit : le RER, la beau HLM d'Annie, les voitures qui brulent, Paris et surtout la rayonnante ville de Sarcelles ou Mantes, je ne sais plus bien mais c'était un espèce de cauchemar les yeux ouverts...

 

Annie est toute gentille mais elle colle tellement au cliché de la vieille fille qu'on se demande si M6 n'est pas derrière tout ça. C'est simple, on dirait un téléfilm bas de gamme un soir de semaine sur la TNT... avec Valérie Damidot ou Mimi Mathy...

 

L'horreur quoi!

 

La vieille fille momoche dans son logement momoche qui déborde de bricoles momoches...

 

Pour fêter ces retrouvailles, Annie emmène son Thierry à une fête paroissiale pour un remake du Père Noël est une ordure.

 

Ca picole de la villageoise en chantant des bondieuseries...

 

On cherche le gaz... et on comprend surtout beaucoup mieux pourquoi Annie est prête à se taper le Thierry pour quitter cette vie pas franchement rose...

 

...

 

Sinon, y'a aussi Justine et Bertrand.

 

Que dire... Justine est totalement insupportable. Elle aussi, dans la série, "bonjour, je voudrais un cliché de la parisienne fashion-teubée", M6  ne s'est pas trompé... On a droit au diner entre copines dans un resto qui filerait une crise d'épilépsie à toute personne normale (hihihihihihihihihi), au déjeuner dans le pavillon moche de banlieue moche avec Mamie et Papa José... pffffffffff.... et le Bertrand de se croire en plein rêve avec une fausse blonde qui a le QI d'un bébé huître avarié alors qu'elle se fout de sa gueule...

 

...

 

Sinon, y'a qui?

 

Y'a Jeanne.

 

C'est pas la séquence la plus sexy. Elle déboule chez Lucien avec une robe aux mille couleurs genre, "moi, j'ai envie de me faire biner la motte"... Le Lucien a l'air moyen réceptif... Ils s'engueulent comme un vieux couple... Pfff....

 

...

 

Sinon, pour un moment de calme, on peut rejoindre Rémi et Léa.

 

Deux de tension, conversation d'une moniale, balade en Bretagne par temps gris... Moi, ces deux-là me filent l'air de rien le bourdon de la rentrée!

 

...

 

Y'a qui d'autre?

 

...

 

Annie, la jument grise... ça devait être la semaine passée.

 

Bon, ben elle, c'est carrément dramatique. Elle se rend à Paris en traînant la patte et en se plaignant de la pollution, du bruit, tout ça...

 

Et en fait, elle ne rigole pas. Elle n'arrive pas à supporter Paris. Elle reste comme une pauvresse derrière une fenêtre à mater les trois arbres de la cour, comme un obsédé sexuel regarderait des films pornos...

 

Pour venir à la capitale, elle a mis son pull le plus chelou de la galaxie. Un truc avec une grande platrée de poils marron... C'est juste totalement lunaire/inexplicable.

 

...

 

Bon, sinon y'a aussi Bruno et jesépuki. Là aussi, ambiance HLM tristounet. Bref, la motivation des filles a moins de mystère...

 

...

 

Voilà pour ce debrief... c'est tout ce dont je me souviens...

 

Je retourne à mes pots de peinture, à mon boulot d'esclave et je m'apprête à prochainement réceptionner un colis à base de ouin ouin...

Repost 0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:15

6882520879_61179616f5.jpg

 

Entre deux cartons, une lame de parquet, un ouin ouin de Jo', un dégât des eaux, un accident de voiture, un rouleau de papier peint, une perte de Doudou de Jo'... j'ai réussi à entrevoir le fruit défendu : L'Amour qu'il est dans le Pré!

 

Ô joie...

 

Je vous propose un debrief express...

 

On commence par qui?

 

Thierry?

 

Nan, on va mariner un peu...

 

On commence par Annie...

 

Toujours pas remise de sa période "à dada sur mon bidet" de quand elle avait 3 ans... Elle virevolte toujours au milieu des chevaux à 60 balais...

 

Une fois 2h00 tous les 15 jours, je frôle l'overdose de dada, alors j'imagine le malheureux prétendant...

 

Ah oui.

 

Il n'en reste plus qu'un.

 

Le gros balourd est parti. Annie l'a congédié façon cheval : à coup de pied au cul!

 

Du coup, elle se retrouve seule avec Bernard...

 

Ouh la chanceuse!

 

Et puis vla son ami de jeunesse qui déboule avec sa femme. Et voilà qu'Annie s'enroule dans ses bras en chouinant et en louant la déesse télévision de les avoir réunis...

 

La femme de l'ancien ami et le Bernard font tapisserie.

 

On imagine tous les souvenirs qui remontent... bref, ces deux là n'ont pas du sucer que de la glace quand ils avaient 14 ans...

 

On ne comprend pas bien le sens de cette séquence...

 

Donc finalement, Annie repart chez elle avec son Bernard en écoutant des chansons ringardes à plein tube....

 

D'ailleurs, la ringardise, c'est une espèce de marque déposée chez Annie... 

 

On la retrouve pour une fête déguisée (ah si à ce niveau, c'est un déguisement) en bourgeoise de province des années 80... genre Magui, vous voyez? 

 

Magui le jour, Magui la nuit, ben cherchez pô : c'est Annie!

 

Un chanteur sorti tout droit d'une machine à remonter le temps fait son apparation sur la scène de la salle des fêtes et chante aussi des trucs tellement ringards qu'on se demande si en fait c'est pas super arty/décalée/bobo/avant-garde...

 

Dans tout ça, y'a de l'élu local, de la comtesse du coin, de la cousine à lunettes... c'est chelou puissance 1000 chez Annie!

 

Ca m'a limite foutu une crise d'angoisse...

 

...

 

Sinon, y'a Benoit, ou Olivier, je sais plus, je suis FA-TI-GUE, vous pouvez pas imaginer...

 

Enfin, bref, un mec bronzé chez qui y'a toujours un vent genre mistral qui me FA-TI-GUE... il est avec une blonde et c'est franchement pas palpitant...

 

Hihihi hohoho... le bonheur des autres : c'est chiant!

 

...

 

Aussi, y'a du Gérard dans les Vosges... C'est peut-être bien un Bernard dans le Jura, mon cerveau a du mal à retenir... bref, un mec tout droit sorti des années 70 lui! (pour les années 80, c'est chez Annie qui ça se passe)... il fait ami-ami avec une grande gigue pas sexy et veut se taper la brune un peu rebelle...

 

Le lendemain, la brune rebelle part à bord d'un bolide bleu... et là deux versions :

 

Celle du vigneron-ringard : elle est distante donc autant lâcher l'affaire tout de suite...

 

Celle de la prétendante : il m'a montré son cep de vigne cette nuit et il me vire parce que Monsieur n'a pas été satisfait...

 

???

 

Dans l'Amour est dans le pré, il y a souvent une seconde lecture des choses... une lecture à base de trempage de nouilles dont on ne sait pas tout.

 

...

 

Bon allez : LE THIERRY!

 

Bon ben le Thierry, c'est un phénomène quoi.

 

Il fait un tour de "ballon" (=mongolfière) avec Annie en lui touchant ses ballons face caméra...

 

Il lui roule des pelles on dirait qu'il veut etouffer une proie...

 

Il lui fait des déclarations d'amour... on dirait un enfant de 4 ans... dislexique... authiste... hyperactif... bref, un môme à problème!

 

Et quand ils font l'amour..... OH MA VIEILLE GODNESS!!!!!!!!!!!!!! Ouais, ça doit vraiment mais vraiment faire peur... je ne le souhaiterais pas à mon pire ennemi...

 

Chez Thierry, c'est un autre monde... mais qui fait pas franchement envie.

 

Et Annie a l'air d'aimer ça.

 

Le rire gras, l'haleine de bouc avarié, le bonnet troué, le teint cochonesque....

 

Jusqu'où va le désespoir sentimental...

Repost 0
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 13:57

4388799532_b902da5710.jpg

 

Dans L'amour est dans le pré, les épisodes se suivent et ne se ressemblent pas...

 

En fait, j'ai l'impression qu'il y a le groupe de chiants (Jo et Rémi, les bonnets de nuit bretons, Annie, la jument grise, et Patrice l'abeille qui pique que dalle...) et le groupe drôlement rigolo (Thierry of course, MEPL)...

 

Bon, heureusement, dans le groupe d'hier, il y a Dany.

 

Et la couche est drôlement épaisse pour notre plus grand bonheur...

 

Dany fête ses 34 ans.

 

Jusque là, tout va bien.

 

Pour ses 34 ans, Dany a prévu : un tour en mongolfière, un spectacle équestre, un buffet pour 100 personnes, un feu d'artifice, un gateau-son-et-lumière... Bref, Dany, c'est un genre de magnat du pétrole qui vivrait là-haut dans les montagnes au milieu des bouses...

 

Il met "les filles" (c'est comme qu'il les appelle, c'est plus pratique, ça englobe le bouzin) au boulot... mais à un point que tu te demandes s'il n'a pas participé à L'Amour est dans lé pré" pour ne pas payer deux petites mains pour son anniversaire intergalactique dans les Vosges...

 

Les filles huilent le méchoui, les filles mettent la table, les filles font le ménage... plus vite!

 

Pendant ce temps, Dany se trimballe au milieu de "locaux"... (blouse de ferme et quintal de graisse à la ceinture de rigueur) en ricanant...

 

Le soir arrive, il propose aux "filles" de faire un tour en monglfière... seulement un drôle de tour puisque la mongolfière est arrimée. Hop, ça monte deux minutes et ça redescend.

 

Remarque, les filles ont du taff, c'est pas le moment de survoler les Vosges pendant trois heures... il faut tartiner le tarama Lidl bordel!

 

Les invités arrivent. Heureusement, il y a de la place là haut dans la montagne parce que les invités, c'est pas du genre petit nain de blanche-neige, c'est plutôt gros ours des montagnes qu'à grave faim...

 

Là, entre deux services, les filles ont le droit de siffler une coupette. La chance! Puis, Sylvie glisse à Dany qu'il peut bien choisir Héléna, elle sera limite soulagée...

 

Il faut pas lui dire deux fois au Dany. Il saute sur la Héléna qui a l'air de rétropédaler... nan?

 

Ca se termine devant un feu d'artifice géant... tout ça pour l'anniversaire de Marie-Antoinette Dany...

 

...

 

Sinon, du côté de la Gironde, y'a Patrice, l'abeille sans dard.

 

Oui, souvenez-vous. Chez Patrice, il faisait chaud, ça parlait sexe. Il y avait même un quatrième partenaire de jeux. Bref, on s'attendait à un bon porno version campagne chic.

 

Bon, ben remballez vos fantasmes bande de pervers. Chez Patrice, ça nique que dalle.

 

La Sylvie veut partir. Patrice refuse. Il l'invite au resto où ça cause pour rien dire.

 

Puis, les filles se cassent (après une nième séance autour des ruches... avec M6, pas la peine de passer ton BEP apiculteur, le monde des abeilles n'a plus de secrets pour toi)...

 

On sent bien que Patrice veut que les caméras collantes de M6 le laisse un peu tranquille.

 

Alors peut-être ressortira t-il son dard?

 

...

 

Direction la Bretagne, cette région riante où deux frères jumeaux aussi délurés que deux haricots verts sur un plateau d'hôpital cherchent à se caser.

 

Y'en a un (Jo? Rémi?) qui a choisi deux cagolles glossées jusqu'à l'anus et l'autre qui n'est séduit ni par la scout relou, ni par une étrange fille aux yeux immenses.

 

D'ailleurs, cette fille, Léa, a des yeux tellement grands et difficiles à gérer, que ça lui fout une migraine ophtalmique...

 

Bon, les jumeaux sont relous et leurs prétendantes... à leur image!

 

Finalement, l'émission se transforme en version télévisée du site leboncoin.com...

 

Kinenveut de ma prétendante aux grands yeux?

 

Ben, le frérot il dit pas non.

 

Donc, c'est une drôle d'ambiance, là-haut, au pays de la crêpe et des algues vertes tueuses de sangliers (je sais, ça n'a rien à voir mais je suis fatigué...)... parce que le frère tente de séduire la prétendante de son frère, mais avec son accord, donc tout va bien (ça suit derrière?)...

 

Sinon, les deux cagoles se retrouvent seules comme un bloc de granit dans un pré... c'est pas gai...

 

...

 

Sinon, y'a qui?

 

Ah oui! Annie!

 

Je dois avoir un problème avec les vieux dans cette émission parce qu'Annie me fait le même effet que Jeanne : elle ne m'intéresse pas.

 

Je me dis qu'à son âge elle ferait mieux de tricoter des chaussettes à ses chevaux que vouloir se faire recrépir la goulotte...

 

Bref. Donc Annie saoûle son monde avec ses chevaux. L'autre avec ses abeilles, c'est rien du tout à côté. Chez Annie, ça cause dada du matin au soir, ça va à des concours, ça soigne la papatte du dada, pffffffffffffffffffffffff.................... Qu'elle épouse un pur sang et qu'elle nous laisse tranquille!

 

Et puis cette coupe de cheveux??? Est-ce que quelqu'un a une explication rationnelle rapport à cette coupe???

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 21:42

538044082_c9bd85f2a6.jpg

 

A y'est!!! Cette fois, c'est FINI.

 

On retrouve nos agriculteurs dans une magnifique propriété baignée de soleil avec une Karine Lemarchand en legging rose qui part à la chasse aux ragots...

 

...

 

Première déception de la soirée : Jean-Michel vient seul et se met à draguer lourdement un pauvre âne dans un champs... Ca commence bien!

 

L'âne jette un oeil à la caméra du style "où est le gaz?", puis Karine Lemarchand déboule avec sa gueule enfarinée et son hypocrisie en bandouillère.

 

"Alors Jean-Michel? Tu es venu seul?" qu'elle fait faussement étonnée.

 

"Nan, nan, Nathalie est en kit dans le coffre de la bagnole" "Ben oui, c'est fini avec Nathalie...", qu'il répond le Jean-Mimi qui reluque le cul de l'âne du coin de l'oeil...

 

Karine part donc en spéléo dans le psychisme du Jean-Mimi pour comprendre le pourquoi du comment...

 

Selon Jean-Michel, il est allé à la gare, s'est endormi sur sa valise et a râté son train. Il est donc reparti chez Nathalie qui était très en colère puisqu'elle devait absolument s'occuper de ses chèvres.

 

Garant d'une déontologie journalistique haut de gamme, Karine Lemarchand propose de découvrir la version de l'histoire by Nathalie, herself.

 

On retrouve Nathalie qui continue à délirer sur le Jean-Mimi qu'est trop un amour, et puis quand même, elle explique que Jean-Michel allait trop vite et qu'il pensait déjà déménager...

 

Bref, ça allait trop vite pour Nathalie qui préfère construire une bonne vieille amitié "indestructible"...

 

Je vous propose également MA version de l'histoire. Nathalie a une vision totalement Bisounours de la vie et quand Jean-Mimi veut passer la seconde, ça lui fait drôlement peur...

 

Oui, on parle bien de cul là on est d'accord.

 

Karine nous fait presque pleurer quand elle se lance dans une grande déclaration à Jean-Mimi du style qu'il a donné de grandes leçons d'élégance à tout le monde, tout ça...

 

Pourquoi, elle n'y va pas alors?

 

C'est marrant, tout le monde trouve Jean-Mimi complètement touchant mais personne ne se dévoue pour lui faire connaître les délices de l'amour...

 

...

 

Karine retrouve également avec joie le couple cracra Véro-Loïc...

 

Comme il fait beau, Véro a retiré sa doudoune mauve élimée mais n'a pas lâchée son bandeau bleu perroquet...

 

Révélation de la Véro à Karine : "j'ai été bijoutière et j'ai songé à devenir agricultrice"...

 

A ça on peut également rajouter : "je file la laine au rouet, je suis assistante juridique et je fais de la danse péruvienne du XVIIe siècle"...

 

Véro elle est dure à suivre...

 

Au bout de deux secondes d'interview, Loïc se met à parler de Marie... La prétendante qui n'est pas restée pour cause de puage généralisé désaccord sur l'hygiène.

 

Véro apprécie et remet nerveusement son chouchou bleu perroquet.

 

Karine insiste lourdement du style "ça fait quoi de se taper son deuxième choix?"

 

En tout cas, ça a l'air plutôt bien parti pour nos deux tourtereaux un peu sales...

 

...

 

Karine va également aux nouvelles du côté de Céline et Laurent.

 

Laurent-le-collant est toujours en mode UHU.

 

Céline est toujours en mode "je fais pas trop ce que je veux avec mes cheveux"...

 

Mais, bon ça a l'air de coller. C'est le mot. On dirait des siamois collés par l'épaule.

 

Karine exulte de joie.

 

Encore une réussite.

 

...

 

Et puis, Karine décide de debrieffer le Mathieu beau gosse du Maine-et-Loire.

 

On apprend qu'il a réussi à faire revenir Melissa... et qu'ils sont ensemble.

 

Pourquoi elle n'est pas venue pour exprimer sa joie?

 

On ne sait pas bien.

 

...

 

Karine Lemarchand va également faire le plein de ragots du côté de Philippe et Nina. Nina habillée en star du R'N'B comme toujours et Philippe un peu effrayé en retrait. Karine se moque des fautes de français de Nina, ce à quoi cette dernière répond par d'autres fautes de français...

...

 

Et puis, nous retrouvons Karine, l'éleveuse de dada aussi féminine qu'un slip kangourou troué.

 

Et avec l'élastique un peu lache aussi.

 

On apprend rien de bien passionnant à part que Karine a trouvé l'amour mais que pendant 15 jours.

 

Du coup, elle pense que c'est possible. Tant mieux pour elle.

 

Karine essaie d'arranger un truc avec Benjamin. Donc ça ricane, mais ça fait pshiiit.

 

Comme le bilan du Ben, d'ailleurs...

 

...

 

 

Et puis Karine termine avec Séverine et Fabien.

 

Que dire?

 

Toujours pareil. Séverine minaude pour avoir un petit geste d'amour. Une tape dans le dos ferait l'affaire mais Fabien ne bouge pas une oreille.

Fabien fait son gros dur insensible.

 

Y'a du boulot Séverine! Bon courage!

 

...

 

Ah oui, j'oubliais quand même le Jean-Claude national venu spécialement en tee-shirt rose moulant... toujours accompagné de Maud, le cheveu un peu moins gras que d'habitude...

 

Maud continue sur son mode relou "jveux des nenfants, un mariage, une installation commune" pendant que le Jean-Claude plane toujours à 15 000 pour ne pas voir Maud la réalité.

 

...

 

Encore deux oublis : Didier et Raymond.

 

Pas grand chose à dire avec ces deux-là...

 

Ca roule des mécaniques et ça joue à la pétanque en attendant de jouer aux boules...

 

...

 

Merci à tous pour vos commentaires lors de cette trop longue saison et à très vite pour des billets qui ne sentiront plus la bouse...

 

Repost 0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 20:54

164708797_136c2ea517.jpg

 

 

 

Nous retrouvons Jean-Michel... Nathalie l'a invité... elle a changé d'avis...

 

Que s'est-il passé chez Nathalie.

 

Un coup de foure à retardement? Un rappel d'huissier?

 

C'est très très bizarre...

 

Jean-Mimi arrive avec 237 bouquets de fleurs et 456 mots dans sa bouche qui sortent en même temps, ce qui fait qu'on ne comprend pas tout...On découvre l'univers très caprino-caprin de Nathalie.

 

Disons simplement que y'a de quoi finir chèvre...

 

Jean-Michel nous ressort son disque rayé : "oh, mais tu as un très joli sourire"... 

 

Et pui vient le moment de LA surprise.

 

Lors de sa venue en Tourraine, Nathalie avait bloqué sur une chèvre avec un coeur sur la tête...

 

Et bien oui, Jean-Mimi a racheté la chèvre. Il se pointe donc devant chez Nathalie avec la chèvre dans les bras en hurlant : "Nathalie ouvre le portail, la chèvre est en train de me chier dessus bordel!"

 

Scène insoutenable où Nathalie met deux plombes à venir ouvrir la porte et où la chèvre se débat dans les petits bras de Jean-Mimi qu'est tendu comme un string rapport à la chèvre qui veut se barrer...

 

On passe à deux doigts de la catastrophe, un coup de patte dans l'oeil de Jean-Mimi et la chèvre qui se barre puis se fait écrasée par un 5 tonnes au moment où Nathalie ouvre enfin ce putain de portillon...

 

Non, rien de tout ça. Ils font juste un plaquage de chèvre au sol pendant que Nathalie exprime son émotion devant ce présent qui sent le bouc si touchant...

 

Une fois la chèvre mise dans l'enclos, c'est le moment d'emballer pour Jean-Michel. Main sur le cul. Il l'emmène petit à petit dans les bois. C'est le moment de sortir la hache le grand jeu.

 

Et puis en fait, nan rien! Chez Nathalie, on est en CE1...

 

Le soir, Nathalie a invité quelques amis pour se défendre fêter la venue du Jean-Michel.

 

Histoire de flinguer la soirée une fois pour toute, Jean-Michel nous ressort la chanson triste qu'il préfère... On se demande à quoi joue Nathalie et on se demande si tout ça est bien net. 

 

Alors qu'il semblent amoureux, RIEN ne se passe. Jean-Mimi n'arrive pas à passer la seconde. Nathalie a l'air très heureuse de rester en première.

 

Nathalie lui fait découvrir sa seconde passion : la littérature russe du XIXe la moto.

 

Un coup de "vroom vroom" dans les paysages de Loire...

 

Puis Jean-Mimi se confie à la caméra : ce qu'il aime chez Nathalie, ce qui le fait craquer, c'est "qu'elle habite dans une grande région d'élevage".

 

Ah ouais, c'est vrai que c'est drôlement sexy ça.

 

Sur la moto, Nathalie lachera cette phrase : "T'es une crevette, j'te sens pas derrière"...

 

Et pourtant, je vous jure, RIEN ne se passe...

 

C'est le début d'une grande série de trucs à base de guimauve : "tes yeux sont magnifiques, ils son verts comme la nappe"...

 

Au moment de partir, Jean-Mimi propose de rester une nuit de plus.

 

Tu m'étonnes. Il veut qu'il se passe ENFIN un truc.

 

Et Nathalie de se réjouir puis de dire que ça va pas être possible rapport aux chèvres qui demandent qu'on s'occupe d'elle...

 

Quelqu'un arrive à décrypter l'attitude de Nathalie?

 

...

 

Pendant ce temps, la France est moins sale. En effet, Loïc passe la frontière et arrive en Suisse pour retrouver la Véro qui a sorti sa plus belle doudoune élimée pour l'acueillir. On retrouve immédiatement le sens de l'hygiène propre aux Suisses puisqu'à peine arrivé, Loïc prend une averse sur la tête. Comme ça au moins, il aura pris une petite douche malgré lui. On a l'impression que Loïc dit "aïe" à chaque goutte d'eau qui tombe sur lui...

 

Nos deux tourtereaux se retrouvent dans un bar donnant sur le lac et ils commencent à philosopher sur le grand jet d'eau du Lac Léman...

Un grand jet d'eau qui plonge notre agriculteur dans des abysses de perplexité.... Alors, qu'il parvient à tenir une année avec trois litres d'eau pour se laver... le grand jet d'eau suisse crache 500 litres à la seconde...

 

Un problème pour CM2 : Sachant que le grand jet d'eau de Genève crache 500 litres à la seconde et que Loïc dégueu-crado-berk utilise 3 litres par an, combien de Loïc-dégueu-crado-pas-lavé peuvent se laver en 1HOO....

 

Puis Véro emmène Loïc à son cours de danse péruvienne (??!!!)...

 

Elle apparait en tenue traditionnelle péruvienne et Loïc reste tout scotché...

 

A la fin de la démonstration, Véro veut entraîner craspouille Loïc sur la piste.

 

"Enlève tes chaussures", qu'elle lui demande pour qu'il se lance dans la danse...

 

Et nous, on prie dans notre canapé pour que Loïc ne quitte pas ses chaussures pour la survie de ces trois braves péruviennes en costume folklorique, pour le Pérou, pour la Suisse pour l'Humanité quoi. Comme si un seul Fukushima ne suffisait pas en 2011. Merde quoi!

 

Le soir, ils se retrouvent au restaurant avec leur jolis pulls vert forêt.

 

Autre passion 2.0 de Véro : le filage de la laine au rouet.

 

Véro est une Amish perdue en Suisse, c'est pas possible.

 

A noter que Loïc porte toujours son éternelle chemise noire et jaune et Véro toujours sa doudoune mauve, chouchou rose et écharpe bleu perroquet.

 

Pour leur week-end exotique-de-rêve-crazy-youhou, ils ont choisi la Bretagne...

 

Ouais, Loïc ne pouvait pas aller trop loin de sa ferme... donc direction le Finistère Nord.

 

Qu'ont-ils fait de mal?

 

Je ne sais pas.

 

En tout cas, c'est thalasso au progamme.

 

On est soulagé heureux de voir Loïc dans des bains bouillonnants...

 

L'esthéticienne n'a sans doute jamais vu des pores aussi bouchés... donc elles s'y mettent à plusieurs... 

 

"N'hésitez pas à en mettre une bonne couche", qu'elle précise même la chef esthéticienne.

 

...

 

Pendant ce temps, Fabien, le cow-boy de Meurthe-et-Moselle quitte sa riante région pour une autre riante région : l'Auvergne.

 

"Comment qu'céééééééé?" qu'il dit le Fabien pour dire "bonjour ma puce, tu m'as manqué"..

 

Au programme de cette folle journée à Montluçon : paté aux patates chez môman.

 

Ouais, je sais, Montluçon, paté au patates, déjeuner de famille... faut être motivé...ou s'appeller Fabien.

 

La maman trouve que Fabien et Séverine font une "belle brochette".

 

On est bien content.

 

Pour la venue de Rantanplan, Séverine a loué une cabane dans les bois. Mais avec eux, même les belles idées finissent toujours par virer au truc popu-crad-moche. Ils se retrouvent ainsi dans un bain nordique (grand sceau plein d'eau chaude avec un poêle DANS le bain) avec, pour la touche de poésie, un chanteur canadien qui chante une chanson intitulée "la turlute"... Le grand chic toujours.

 

Après une nuit dans la cabane, nos deux tourtereaux vont chez le Papa de Séverine.

 

Aucun intérêt, on est d'accord, mise à part cette étrange ferme qu'on dirait un documentaire sur la France des années cinquante.

 

Après la riante Meurthe-et-Moselle, et la riante Auvergne, on les retrouve dan une île... riante : l'Islande.

 

C'est gris, il tombe des cordes, Fabien et Séverine ne s'épanouissent manifestement que dans le moche.

 

Ils visitent des cascades et des geysers. Ca flotte, ça vente. Ils s'abrittent dans des sacs poubelle. C'est remoche.

 

C'est pas comme ça qu'on va retrouver le moral en cette triste rentrée...

  

...

 

En Normandie, Laurent accueille Céline.

 

Petit cadeau dans une bijouterie farcie de panneaux "Prix sacrifiés - 70 %..."

 

Laurent-le-collant et Céline-cheveu-rebelle s'envolent pour survoler la Haute-Normandie.

 

Un rêve éveillé si ce n'est Laurent-le-collant qui ne peut s'empêcher, malgré le micro casque, de faire des bisous toutes les 34 secondes...

 

Direction un dîner avec l'ex de Laurent-le-collant et le fiston avec un gros gateau à la crème au beurre histoire de travailler la jolie silhouette de Céline.

 

Le lendemain, direction Etretat


"C'est un garçon qui range bien" qu'elle dit Céline totalement ivre d'amour et de bonheur au bord des falaises...

 

Puis, on retrouve Céline et Laurent au Portugal.

 

Oui, au Portugal. Le pays du Fabio, maçon portugais, prétendant recalé de Céline. Une idée pour le moins étrange.

 

Laurent-le-collant joue au japonais en filmant le voyage 24/24h...

 

En tout cas, ça a l'air bien parti pour durer...

 

Repost 0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 17:06

4949851059_6c30ee36d7.jpg

 

Oui, M6 est en train de tuer le concept.

 

Trop long, trop mou, cette édition de l'Amour est dans le pré traîne en longueur.

 

Bon, bien sur, quand on arrive vers la fin, y'a toujours de la pépite...

 

En même temps, ça fait 4 mois qu'ils tamisent le bouzin... Il serait temps!

 

 

"Ptit coeur" et crazy Nina

 

Par exemple dans la maison de Nina...y'a de la pépite, c'est... comment dire... RIEN ne dépasse.

 

Le pavillon carré parfait de banlieue parisienne, déco cheap bling bling à coup de stickers mauve et orange... (blurp) Bref, ça n'a pas tout à fait le charme du Lot!

 

Le Philou n'a pas passé la porte d'entrée qu'il se retrouve avec des chaussons à carreaux...

 

Ca l'excite la rassure Nina le chausson à carreaux.

 

L'apéro se tient sur le canap' et Nina note bien que notre agriculteur en met tout plein par terre...

 

Elle coche déjà dans sa tête : "demain, 9 à 10h, aspi party".

 

Comme d'hab, Nina en fait trop. Elle rit trop, se maquille trop, dit trop de mots pour des autres, bouge trop, trop trop trop trop trop.

 

STOP!

 

Le matin, elle déboule comme dans les films avec un beau plateau pour le ptit dej' en lancant à son Philou d'amour des "ptit'coeur"... très...très... comment dire... racaille banlieue.

 

"Tiens ptit coeur", "hein ptit coeur", "oui ptit coeur"...

 

Et puis Nina est juste fatiguante... Un coup, elle fait de l'accrobranche (enfin "aquabranche" selon Nina même que ça lui fait monter "l'adréaline"...), un coup du jet-ski, un coup du quad...

 

Nina a le vocabulaire d'un enfant de 6 ans.

 

C'est grave touchant.

 

Oui, j'avoue, j'aimais bien Nina mais maintenant, elle m'énerve.

 

Bref, le "ptit coeur", aussi, on voit bien que ça commence à le chauffer la banlieusarde avec son vernis de fashionista qui commence à drôlement s'écailler...

 

Après avoir réalisés tous les sports extremes disponibles du coin, ils partent pour la Corse.

 

Là, Nina, peut à nouveau en faire trop... niveau maillot de bain cette fois : un coup en déshabillé noir sur un rocher façon clip de rap, un coup en maillot blanc qui lui remonte les nibards sous le menton façon James Bond Girl, un coup en maillot brésilien à se prendre la fessée par Philou façon pub Schweppes...

 

Je crois que Nina sait qu'elle passe à la télé.

 

Nan?

 

 

Casse-burnettes Force 12 et chien-chien des Vosges

 

Sinon, y'a aussi Benoît et Sabrina.

 

Là, je crois qu'il faut clairement lire entre les lignes et ne pas se mettre la tête dans un trou...

 

1- Sabrina est une casse-boulette comme la Terre en a rarement portée... Dire d'elle qu'elle est chiante, c'est limite mignon. Non. A ce niveau là, c'est limite psychiatrique.


2- Elle sait parfaitement que son unique moyen d'avoir un homme, c'est de taper tout de suite dans le mille... c'est à dire de s'occuper du baton de berger des Vosges... ce qu'elle a fait dès le premier soir du porno de "l'aventure".

 

3- Elle est insupportable, donc Benoît doute mais à chaque fois qu'il s'écarte, elle l'enfume en lui faisant la brouette hawaïenne façon Lady Gaga, et l'autre il n'arrive plus à penser tellement il a jamais baisé vécu un truc pareil...

 

Donc, on se retrouve à Tours... mais c'est pas vraiment l'ambiance Chateaux de la Loire si vous voyez le truc... En gros, c'est un HLM pourri rempli de mères célibataires dépressives au bord d'une voie ferrée...

 

Et Benoît se semble pas plus embêté que ça, lui qui vient des vertes vallées des Vosges....

 

Sabrina a invité des souffres douleurs amis. Ils préparent donc la soirée en tartinant des trucs dégueu sur des trucs dégueu (paté en croute industriel, jambon au tartare et compagnie, on imagine le tout arrosé de mousseux tiède...où est le sac à vomi??), Sabrina râle parce que sa copine s'est trompée de chemin avec son GPS..

 

C'est la première fois qu'elles se voient ou bien? C'est une copine qu'elle a loué pour la soirée?

 

La copine finit par débouler et hop, tout le monde sur le clic clac dégueu à bouffer des trucs dégueu, arrosés de trucs dégueu...

 

Sabrina a fait une tarte dans ta gueule tatin pour l'occasion... hélàs, c'est râté.

 

Au lieu d'en rire, elle en fait une tragédie grecque en 123 actes, sa copine rigole, c'est la goutte d'eau. Sabrina part fumer des clopes dans la rue. Benoît court derrière comme un chien et la séance de psy au rabais avec trois mots de vocabulaire peut commencer.

 

"nan, mais jte jure, elle m'a trop vénere!" ETC...

 

Finalement, ils remontent et la soirée continue.

 

Pour leur voyage en "namoureux", nos tourtereaux vont au Pays Basque... une sorte de Vosges mais plus au sud... mais avec la même teinte verte, les mêmes montagnes et surtout le même bon vieux temps tout pourri.

 

Ils logent dans une auberge de luxe que Sabrina juge "vieillote"... la machine à briser les couilles est en marche et elle n'est pas prête de s'arrêter pusique ça se poursuit à l'accrobranche où on frôle la crise de nerfs pour cause d'altitude... la coupe de champagne amoureusement préparée par Benoît n'y changera rien.

 

 

Barbapapa et Barbamama

 

Et puis, il y a nos barbapapas... Sylvain et Valérie.

 

Sylvain se rend chez Valérie qui occupe une abominable charmante maison affreusement curieusement agencée... on accède par l'arrière, par une véranda pourrie étonnante, et la maison est en pleine campagne mais on se croirait dans une banlieue pourrie toute en hauteur.

 

Là, ça se bisouille mais c'est peu de le dire et de l'écrire. Il faut bien s'imaginer qu'à chaque fois qu'ils déglutissent, ils se font un bisou!!! Comme ils sont affreux ne sont pas bien beaux, faut dire ce qui est, ça t'oblige à regarder ailleurs 3 bonnes secondes, histoire d'éviter de voir ce fourrage de langue, tout ça au milieu des poils du bouc de Sylvain et des dents jaunes de la damoiselle....

 

Elle lui fait découvrir son "univers" fait de grosses boules de bowling. Très très intéressant.

 

Et puis, zou, direction la Provence.

 

Là, on voit bien que l'activité principale c'est niquer comme des lapins se reposer... et faire du gras bouffer. La seule activité est une promenade en cheval, c'est un peu l'aventure, on ne sait pas bien qui monte sur qui, mais nos tourtereaux n'ont pas franchement l'air emballé... Ils retournent vite dans la chambre...

 

 

Slip coq et cheveux gras

 

Et puis on retrouve le Jean-Claude national.

 

Il quitte la Seine-Maritime pour Le creusot.

 

Le mec qu'à pas de bol quand même.

 

Au Creusot, Maud l'attend, le regard coquin, le cheveu gras.

 

Direction l'appartement de Maud, un grand machin tout vide où quand tu parles ça fait un écho style "je suis aux toilettes"... Très sympa. Il y a autant de meubles que de cheveux propres sur la tête de Maud... c'est donc particulièrement limité. Les 3 gnafrons de 12 pères différents sont tellement heureux de voir un homme s'approcher de leur mère qu'ils préparent un flan Alsa. Ouais, on a drôlement le sens de la fête au Creusot.

 

Après, y'a un vague resto où les gamins hurlent.

 

Insupportable.

 

Puis direction, Cannes, mais au bord d'un lac... J'ai pas tout compris. Ils bouffent au bord de l'eau. Jean-Claude qui essaie de se motiver le popol (Maud est son 12e choix), lui fait du pied mais Maud n'apprécie pas du tout du tout du tout... Elle veut des mots d'amour.

 

Ils se retrouvent sur un bateau pourri, Maud n'a pas peur du ridicule, elle veut sa scène à la Titanic...

 

Des fois, on aimerait qu'ils aillent au bout du concept, le bateau qui coule, tout ça...

 

Mais non, ça va continuer!!!!

 

Repost 0

Le Blog De Zadzig

  • : Le blog de zadzig
  • Le blog de zadzig
  • : Blog dédié à tous ces moments de solitude devant l'absurde...
  • Contact

Zadzig sur Facebook...

 

Centre National Des Archives